jeudi 12 septembre 2013

Une hirondelle ranimée...



Cette journée-là, en quittant la maison, j'ai laissé derrière moi, ma petite valise d'inquiétudes. Je m'offrais ce cadeau pour mes soixante-dix ans; prendre le temps de savourer la vie sans penser ni à hier ni à demain. Je voulais marcher lentement, sur la plage, à la recherche de petits cailloux en forme de coeur, je voulais que le murmure des vagues m'entraîne vers un ailleurs, je voulais, surtout, que les heures s'enroulent dans la joie de vivre... 

Nous sommes rentrés à la maison, après neuf jours d'une belle aventure en amoureux, contents de retrouver nos habitudes. Mademoiselle Alice, notre chatte, ronronnait de bonheur pendant que le répondeur clignotait. J'ai ouvert mon agenda pour écrire les messages. Des amies précieuses avaient laissé des mots remplis de tendresse pour me souhaiter Bonne Fête, mais en écoutant le dernier message, j'étais émue d'entendre la voix de ma chère amie Lise chanter... C'est à ton tour de te laisser parler d'amour. C'est à ce moment précis que tout a basculé.

Cette petite phrase me rappelait les appels que j'avais tant espérés, et ceux qui n'étaient pas encore sur le répondeur cette année. Depuis un an, j'avais un rêve... J'aurais tant souhaité savourer la vie entourée de ma famille. J'aurais tant souhaité entendre mes enfants et petits-enfants me parler d'amour. J'aurais tant souhaité lire leurs mots doux dans une carte d'anniversaire. C'est pour toutes ces raisons que j'avais décidé de laisser à la maison, ma petite valise d'inquiétudes...

Aujourd'hui, ça fait quatre ans que je vous écris. J'ai souvent pensé abandonner, me rouler en boule sur le canapé serait moins compliqué mais, comme des anges, vous m'avez soulevée. Merci pour votre générosité, votre amitié (virtuelle) m'a permis de retrouver mes ailes.

« Une hirondelle assommée est une hirondelle à ranimer »
Daniel Pennac - Chagrin d'école

Carte Getty Glik 

achetée à Ogunguit pour offrir à Normand
Related Posts with Thumbnails