jeudi 26 juillet 2012

Mève, "ma Puce" a 15 ans!!!



À 09h45, le samedi, 26 juillet 1997,
je suis devenue pour la première fois,
"grand-maman" de cette extraordinaire petite-fille
C'est une journée inoubliable.

Mève chez le photographe (1 an)

On ne doit pas séparer
les petits-enfants de leurs grands-parents...
C'est trop cruel et injuste.

samedi 14 juillet 2012

Hommage au poète


Je l'ai connu au début de l'année 2010 lors de rencontres chez des amis. Personne ne nous avait présenté mais il avait laissé en moi une trace qui ne s'effacerait jamais. Parfois, je traînassais devant sa porte mais la peur m'empêchait d'entrer, pourtant, ses invitations très amicales et chaleureuses attiraient un grand nombre d'admirateurs. Puis, un soir de grand froid, en mars, j'ai poussé lentement la porte du "Moulin bleu". Une douce musique classique me fit ralentir... Vivaldi était de garde pour mieux accueillir les visiteurs. C'est là, dans ce moulin bleu, que je lui avais écrit quelques mots. Sans faire de bruit, doucement, j'ai refermé la fenêtre. Je savais que je reviendrais en traînant mon angoisse mais si je voulais avancer, je devais combattre mes peurs. Un jour d'avril, où nous avions "Rendez-vous", je me suis permise de lui avouer que sa petite fenêtre me paralysait parfois mais que j'apprendrais à la dompter en douceur...

À ma grande surprise, en février de cette même année, il avait déposé quelques mots sur "Le Bonheur avec un grand B" et avait accroché sa petite photo dans mon cadre d'amis fidèles. Je crois qu'il avait compris que la poésie comblerait un vide dans ma vie, et un doux vent d'amitié m'avait envahie en pleine tourmente. Il transportait, partout où il allait, un aura de douceur et de tendresse qui rend le monde meilleur. Il racontait ses voyages, montrait des photos et partageait ses états d'âme dans ses messages poétiques.

Dans "La voix de l'au-delà" du 13 mars 2012, il annonçait une pause temporaire. On avait tous et toutes le coeur brisé par la peur qu'il ne revienne plus nous caresser avec ses mots. Ce soir-là, je lui avais écrit sans peur, sans retenue.  
« Lorsque j'ai ouvert ta porte la première fois, j'ai découvert un monde merveilleux... Un monde sans rejet, tout en douceur et en tendresse, un monde de mots qui a touché mon âme et mon coeur. Merci! Ce soir, ton après-poème a semé un petit vent de panique qui a ébranlé mes pensées mais qui ne pourra jamais effacer tous les petits pas que j'ai faits grâce à toi, mon ami.
Je tiens ta main comme tu tiens la mienne... dans le silence, le temps d'une pause, jusqu'au prochain rendez-vous... » 

Après un silence de trois mois, le 4 juin, Herbert a publié une lettre  "Le rideau se ferme" sur son blog (au jour le jour).  « C'est un ordre médical, je vous avais déjà parlé de la tendresse de mon âge.... J'ai tant de souvenirs dans mes tiroirs secrets. »  Voici un très court résumé mais si vous voulez vous faire caresser par ses mots cliquez ici pour la suite...


« Herbert, ce soir j'ai la nostalgie 
de ta douceur, de ta tendresse, de ta poésie. »
Merci pour tout !!!
Sue
  
Related Posts with Thumbnails