mardi 24 avril 2012

Écrire est la seule façon de revivre



Cette petite image a fait danser de merveilleux moments devant mes yeux. Les draps blancs, la housse de couette blanche, et les quatre pieds qui dépassent, tout cela c'était nous deux. Mève et moi. Les images se sont figées pour quelques instants, le temps de mettre de l'ordre dans mes précieux souvenirs, ceux qu'on a parfois peur de perdre en vieillissant. Mais ils étaient là, intacts.

J'ai mis mon film au ralenti pour mieux profiter de chaque petit détail, même les plus insignifiants. Je l'ai suivie... Dans le studio du photographe pour son premier anniversaire, une jolie robe blanche et un petit chapeau rouge sur la tête. Dans le jardin de grand-maman, une marguerite à la main, elle avait penché doucement sa tête vers cette jolie fleur et des petits picotements l'avaient fait rire de plaisir. Dans son rire, il y avait tant de bonheur que son papa et moi, on l'avait regardée les yeux plein de tendresse. Dans une pépinière, elle avait choisi sa petite pelle, parce qu'elle voulait m'aider à planter mes fleurs. Maintenant, elle est accrochée sur le côté d'une vieille armoire dans la salle à manger. Tous les mois de mai, elle m'appelait pour qu'on aille la chercher, jamais elle n'a oublié. Sept ans ont passé... parfois j'emprunte sa pelle.

Dans ce lit blanc qu'elle aimait tant, elle plaçait les coussins et les oreillers pour qu'on soit très confortable. Mève me lisait quelques pages de son livre, puis elle s'arrêtait, elle avait un besoin, presque une rage de dire les choses, de raconter des petits moments de sa vie. Avec "Ma Puce", je retrouvais mon âme d'enfant et mes yeux ronds de l'émerveillement. Puis un jour, ce fabuleux rêve avait tourné en cauchemar.

Être grand-maman ce n'est pas qu'un titre, c'est aussi un état et c'était mon rêve. Son absence m'attriste. Sa présence me manque. Je cherche partout sa saveur, son odeur et ses couleurs mais je ne les trouve nulle part ailleurs... Je garde espoir, je sais qu'un jour elle sonnera à ma porte.

« Quand il nous reste que les souvenirs, écrire est la seule façon de revivre. »
Hanne Orstavik, La Pasteure
* image : publicité d'un hôtel américain

samedi 14 avril 2012

Retrouver son p'tit chien





Merlin arrête de bouger durant que Normand prend la photo.
Thomas a appelé, il est arrivé de Cuba.
Il s'en vient te chercher. Tu es content mon p'tit loulou.



Alice surveille Merlin. Joue avec lui, il s'ennuie...




Alice, viens jouer avec moi.
Dans une heure, je serai parti...



Thomas et son papa sont venus chercher Merlin, jeudi soir.
Après huit jours chez Grimimi,
Merlin m'a tourné le dos trop content du retour de Th


« Celui qui dit que le bonheur ne s'achète pas
a oublié qu'il y a les petits chiots. !

Gene Hill


Related Posts with Thumbnails