vendredi 30 mars 2012

La gratitude d'une grand-maman

On ne se rend pas toujours compte que le temps passera si vite lorsque bébé arrive... mais un jour, tout à coup, notre dernier petit-fils a trois mois déjà. Ses premiers pas seront notés dans l'agenda. Puis, on fêtera en famille son premier anniversaire. Ensemble, on soufflera sur l'unique bougie de son premier gâteau de fête en prenant quelques photos. Il fera son entrée à la maternelle et ses premiers bricolages nous fascineront. La cuisine deviendra la galerie de ses chefs-d'oeuvre et on ne manquera pas d'encadrer et d'installer une aquarelle sur un mur du salon. Tout sera conservé, cartes, dessins et autres se retrouveront dans une boîte-souvenir... Lorsque l'heure de l'école sonnera, on s'étonnera encore une fois. Mais il y aura les vendredis heureux. À 15 heures, on sera à la sortie de son école pour le ramener à la maison car la veille il a demandé s'il pouvait venir coucher. Dès qu'on se verra, deux sourires apparaîtront et quatre yeux lanceront des étincelles.

J'ai le bonheur d'être sa grand-maman, sa "grimimi", maintenant devenue "grim". C'est grâce à lui, si ma vie a encore du sens... Il fait partie de ma vie et je suis très fière de lui. Merci Thomas!! Il aura 12 ans le 4 juin. Déja!!!
Dimanche dernier, le 25 mars, nous étions, Normand et moi, à l'aréna pour assister au natch de hochey de mon petit-fils Thomas. Son équipe, les Cougars de SLMN, affrontait en demi-finales les Jets de PAT. Les deux équipes étaient du même calibre ce qui a donné un match enlevant et bruyant. Les cris, les flûtes et tout ce qui fait du bruit... rien n'avait été oublié pour motiver les joueurs. Les Cougars menaient 2-1 jusqu'à la dernière minute de jeu. Puis un lancer devant le filet, un joueur pousse la rondelle et l'égalité est créé. C'était une nouvelle partie, le pointage était maintenant 2-2. Les p'tits gars déçus avaient pourtant donné leur meilleur pour se rendre en finale, mais l'autre équipe avait aussi la même motivation. Une minute de repos et ils étaient prêts à jouer la prolongation de 5 minutes qui déterminerait l'équipe gagnante. Après 2 minutes de jeu, les Jets de PAT marquaient le but vainqueur. La partie venait de prendre fin 3-2. Pour l'équipe de Th, pour tous les parents des joueurs et pour nous qui assistons à tous ses matchs, la saison de hockey 2011-2012 se terminait. Il y a quelques semaines, il m'avait remis ces deux photos. C'est un rendez-vous pour 2012-2013. Nous serons là Thomas!!

« Mon rêve est de mourir jeune à un âge très avancé »
Henri Jeanson

dimanche 18 mars 2012

Un film qui me ressemble...


J'en rêvais depuis plus d'une semaine....

Dans cette petite salle, d'à peine cinquante sièges habillés d'un rouge flamboyant, bien calés dans du doux et  du moelleux, nous observions l'entrée des cinéphiles... d'un mardi après-midi. Lentement, le théâtre s'est mis à revivre pour la deuxième représentation. Les couples, souvent à têtes blanches, cherchaient du regard deux sièges côte à côte, mais les places étaient de plus en plus rares. Ensemble, ils venaient voir ce film, peut-être qu'ils avaient été entraînés par leur amoureux ou amoureuse, mais maintenant, même éloignés, ils ne voulaient plus repartir. Puis, l'attente s'était meublée par le silence des couples séparés. Il régnait une ambiance feutrée comme dans un couvent, mais des voix perçaient les murmures. Deux vieilles dames très élégantes, deux soeurs sûrement, une plus mobile poussant le fauteuil de l'autre qui n'en finissait plus de s'installer et de râler avant que les lumières s'éteignent.

C'est en regardant la soirée des Oscars que j'avais goûté, encore une fois, à l'euphorie du cinéma. Quelques coups de coeur, bien sentis, avaient été partagés avec mon amie Josette. Pendant plus de trente minutes, nous avions échangé avec tant de passion et d'émotion sur trois films qu'elle avait vus avant la remise des Oscars. Je ne les manquerais pas, c'était une promesse. Cette longue jasette redonnait à nos vies de mamies blessées, un nouveau souffle, un sens important dans nos vies à sens unique... Je voulais vibrer, c'était nécessaire, même indispensable. Je voulais me coller sur mon amoureux, main dans la main, dans une salle noire où la musique me soûlerait... Je voulais me glisser doucement dans la peau d'une jeune star, enfiler ses bas, porter ses magnifiques costumes et ses petits bibis d'une autre époque. Je voulais danser sans m'essouffler dans les bras de L'Artiste, enfin, je voulais sortir de cette projection la tête dans les nuages et le coeur gonflé par l'adrénaline.

Les lumières se sont allumées sur mes pensées secrètes. Ma tête bourdonnait de questions comme des abeilles tournant autour d'une nouvelle ruche. Je voulais saisir les raisons qui créaient cette déception. Ce film gagnant de plusieurs honneurs, gagnant de cinq Oscars pour le meilleur film, le meilleur acteur et plus encore, ce film "L'Artiste", que mon amie avait tant aimé. Pour moi, c'est bien dommage, mais L'Artiste n'a pas laissé la trace que j'espérais qu'il sculpte en moi... "L'Artiste" c'est aussi Uggy. Bravo à ce petit chien Jack Russell. Il m'a émue, il m'a fait rire !

Je crois que mon coeur était encore dans un autre cinéma, dans une autre salle, une autre projection, une autre histoire si différente, si bouleversante, un film que je porte en moi comme une deuxième peau, un film qui a tant de qualités, tant de désespoir, tant de souffrance. "La Séparation", un film qui me ressemble... Bon cinéma !

« La perception d'un film dépend de l'instant où vous le voyez. »
David Cronenberg
*Illustration découpée dans une revue*


Related Posts with Thumbnails