dimanche 18 mars 2012

Un film qui me ressemble...


J'en rêvais depuis plus d'une semaine....

Dans cette petite salle, d'à peine cinquante sièges habillés d'un rouge flamboyant, bien calés dans du doux et  du moelleux, nous observions l'entrée des cinéphiles... d'un mardi après-midi. Lentement, le théâtre s'est mis à revivre pour la deuxième représentation. Les couples, souvent à têtes blanches, cherchaient du regard deux sièges côte à côte, mais les places étaient de plus en plus rares. Ensemble, ils venaient voir ce film, peut-être qu'ils avaient été entraînés par leur amoureux ou amoureuse, mais maintenant, même éloignés, ils ne voulaient plus repartir. Puis, l'attente s'était meublée par le silence des couples séparés. Il régnait une ambiance feutrée comme dans un couvent, mais des voix perçaient les murmures. Deux vieilles dames très élégantes, deux soeurs sûrement, une plus mobile poussant le fauteuil de l'autre qui n'en finissait plus de s'installer et de râler avant que les lumières s'éteignent.

C'est en regardant la soirée des Oscars que j'avais goûté, encore une fois, à l'euphorie du cinéma. Quelques coups de coeur, bien sentis, avaient été partagés avec mon amie Josette. Pendant plus de trente minutes, nous avions échangé avec tant de passion et d'émotion sur trois films qu'elle avait vus avant la remise des Oscars. Je ne les manquerais pas, c'était une promesse. Cette longue jasette redonnait à nos vies de mamies blessées, un nouveau souffle, un sens important dans nos vies à sens unique... Je voulais vibrer, c'était nécessaire, même indispensable. Je voulais me coller sur mon amoureux, main dans la main, dans une salle noire où la musique me soûlerait... Je voulais me glisser doucement dans la peau d'une jeune star, enfiler ses bas, porter ses magnifiques costumes et ses petits bibis d'une autre époque. Je voulais danser sans m'essouffler dans les bras de L'Artiste, enfin, je voulais sortir de cette projection la tête dans les nuages et le coeur gonflé par l'adrénaline.

Les lumières se sont allumées sur mes pensées secrètes. Ma tête bourdonnait de questions comme des abeilles tournant autour d'une nouvelle ruche. Je voulais saisir les raisons qui créaient cette déception. Ce film gagnant de plusieurs honneurs, gagnant de cinq Oscars pour le meilleur film, le meilleur acteur et plus encore, ce film "L'Artiste", que mon amie avait tant aimé. Pour moi, c'est bien dommage, mais L'Artiste n'a pas laissé la trace que j'espérais qu'il sculpte en moi... "L'Artiste" c'est aussi Uggy. Bravo à ce petit chien Jack Russell. Il m'a émue, il m'a fait rire !

Je crois que mon coeur était encore dans un autre cinéma, dans une autre salle, une autre projection, une autre histoire si différente, si bouleversante, un film que je porte en moi comme une deuxième peau, un film qui a tant de qualités, tant de désespoir, tant de souffrance. "La Séparation", un film qui me ressemble... Bon cinéma !

« La perception d'un film dépend de l'instant où vous le voyez. »
David Cronenberg
*Illustration découpée dans une revue*


18 commentaires:

  1. *** Coucou Chère Grimimi ! Tu décris très bien la salle de cinéma, l'atmosphère, etc ...

    J'ai beaucoup aimé ce film "une séparation". Même si je n'ai pas vécu cette situation, je trouve ce film sublime de vérité et extrêmement touchant !

    BISOUS à toi Ma Chère Grimimi !!! :) ***

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime tout des années 20-40. Nous aurions aimé, Normand et moi, vivre à cette époque... alors, voir ce film s'imposait. Mais je n'aime pas les comédies musicales, c'est sûrement la raison pour laquelle je n'ai pas accroché pour "L'Artiste".

      Par contre, "La séparation" a été un coup de coeur, un coup de poing pour tout ce que ce film véhicule... Les valeurs de deux familles ou tout le monde pense avoir raison, les erreurs, les interprétations, les mentalités...

      Ce film méritait l'Oscar pour le meilleur film en langue étrangère. Un incontournable, aussi engageant qu'il est fascinant.

      Gros câlin et doux petits bisous.

      Supprimer
  2. J'aime le cinéma :-))
    La citation est très vraie : on reçoit un film différemment selon l'humeur du moment...
    Je comprend que ton histoire personnelle face écho...

    Bisous ***Laure***
    http://suivre-mon-etoile.blogspot.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Laure,

      Le cinéma est un vrai beau passe-temps où on peut s'évader sans se ruiner.

      Gros câlin et mille petits bisous pour Stella

      Supprimer
  3. Je n'ai pas vu ni l'un ni l'autre, mais c'est vrai que certains films qui ont une grande renommée, souvent nous déçoivent. La citation est bien vrai. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Solange,

      Ça faisait plus d'un an que nous n'étions pas allés au cinéma. Avec Illico, c'est tentant de louer un film sans se déplacer... mais l'ambiance d'une salle est différente.

      Merci de ta visite et bisous tout doux.

      Supprimer
  4. *** Je viens te souhaiter un bon 1er jour du printemps ! GROS BISOUS ! :) ***

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un printemps irréaliste à Montréal (Québec). Nous avons les températures de fin avril. Demain, on nous annonce un gros 26 degrés, ce qui serait une première...

      Bisous à toi ma jolie Nancy.

      Supprimer
  5. *** Un petit coucou amical déposé chez toi ! :) Passe une agréable journée Grimimi ! :) ***

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie pour ce petit coucou transporteur d'amitié.

      La chaleur et les températures records étaient au rendes-vous. C'est incroyable, les terrasses ouvertes en ce temps de l'année mais... toute bonne chose a une fin. Le froid sera à nos portes dans deux jours.

      Gros câlin, jolie Nancy !

      Supprimer
  6. C'est vrai qu'un film est plus ou moins apprécié suivant le moment où on le voit. Mais il est bien plus vrai de dire comme tu le dis que ce sont les films qui nous ressemblent qui nouis touchent le plus. Pour moi, ce film a été fait par des Français qui ont été les gagnants d'un concours dont sont en général exclus les étrangers. Il est très rare que nous soyions récompenser par des Oscars. Pour nous c'est un peu extraordinaire toutes ces récompenses qui sont tombées sur ce film.
    Ensuite, je l'ai déjà dit, le passage dans lequel le héros brûle toutes ses oeuvres après avoir eu du dégoût pour l'orgueil qui l'a habité pendant une grande partie de sa vie a réactualisé en moi des sentiments semblables. J'en suis, à la fin de ma vie, à penser que notre soit-disant furie de créer n'est que l'expression de notre orgueil, une volonté sauvage de vouloir séduire et dominer. Nous attendons d'être applaudi. Or, tout n'est que vanité. Je voudrais arriver, comme l'héroïne de "La villa Amalia" film tiré d'un roman de Pascal Quignard, au plus grand des dénuements, au silence et à l'humilité devant les grands créateurs qui me fascinent et me font survivre.
    Mais tu es si douce, si sensible, Sue, que ton opinion compte pour moi autant que si elle était identique à la mienne. De toutes façons, nous avons pas les mêmes raisons d'apprécier ce film. Mais nous avons tant d'intérêt à en parler ensemble et à partager, partager ce qui est à toi, cette grande douleur de La Séparation, et ce qui est à moi, cette grande euphorie qu'apporte le numéro de claquettes final. Douleur et Joie ne sont que deux facettes de nos existences qu'il nous faut vivre malheureusement séparément habituellement. Avec toi, il est pourtant possible de les fusionner. C'est cela que j'appelle l'amitié, lorsque deux mains se t'endent pour se rejoindre.
    Tu m'as fait rêvé avec cette petite salle de ciné!
    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, Georges, d'être fier pour ce film qui a reçu les plus grands honneurs en France en plus de recevoir cinq Oscars dont celui du meilleur film et du meilleur acteur.

      Nos pensées se rejoignent lorsque tu parles d'orgueil et de vanité. J'ai été agent immobilier pendant 21 ans et j'ai travaillé fort parce que la réussite était importante pour moi. Elle signifiait la liberté, la confiance et l'estime de soi. Puis, le 8 mars 2003, journée internationale de la femme, j'ai annoncé que je prenais ma retraite. J'avais 60 ans. Enfin, je pouvais profiter de la vie en faisant des petites choses que j'aimais. Mais, depuis 2006, j'ai transformé ma liberté en prison. Je suis incapable de peindre depuis mon dernier tableau qui représentait une petite fille frappant à une porte... (ma petite-fille Mève qui reviendra un jour).

      La lecture et l'écriture m'offrent une bouée sur laquelle je me précipite lorsque je ressens trop de remous... Je crois, comme toi, aux vertus thérapeutiques du silence et du dénuement, mais aussi, du bénévolat et de la compassion. Parfois, je voudrais partir loin de tout ce qui m'a blessée...

      Je te remercie pour ta main tendue qui a donné vie à une nouvelle amitié entre deux personnes éloignées par des océans de toutes sortes...

      Doux et tendres petits bisous.
      Sue

      Supprimer
  7. J'ai entendu parler du film mais je ne l'ai pas vue, je devrais sûrement! :)
    xoxo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Jane, je pense que tu devrais... Tu vas aimer, ce n'est pas un film de "vieux".

      Bisous tout doux juste pour toi.

      Supprimer
  8. *** Coucou ! Une douce pensée pour toi Grimimi et GROSSES BISES ! :) ***

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette douce pensée enrubannée dans tes grosses bises. Tu es un vrai coeur Nancy.

      Je t'envoie un énorme bouquet de doux petits bisous.

      Supprimer
  9. bonjour a toi !!j'aime venir!!te voir!!
    par petits bouts ,je reprends gout a la vie!!n'ayant jamais pensé vivre cela ,je n'etait pas prete!!maintenant je sais!
    la solitude est une horrible chose!!
    j'ai des amis supers ici dans ces blogs !!des gens merveilleux qui m'aident!!!a supporter tout!!
    bisous a toi tu en fais partie!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es une résiliente chère Maguy, une personne qui a beaucoup de force et de courage... je t'envie.
      « la solitude est une horrible chose!! j'ai des amis supers... tu en fais partie!! »
      Mon amitié est sincère, tu es une grand-maman que j'ai toujours admirée. Je t'offre cette citation que j'aime beaucoup.
      « Les amis sont des anges qui nous soulèvent quand nos ailes n'arrivent plus à voler.»

      Je t'envoie un énorme panier de doux et tendres petits bisous.
      D'une Grimimi à une Mamie
      Sue

      Supprimer

Ne partez pas... sans laisser une trace de votre passage.
MERCI !

Related Posts with Thumbnails