vendredi 29 janvier 2010

En attendant papa...


Peinture réalisée par SueL en 2002

Tout ressemblait tellement à la maman de Th que je n'avais eu aucune hésitation en la voyant. J'avais trouvé cette carte et je lui offrirais pour ses quarante ans qu'elle fêterait dans trois mois. Il ne me resterais que le cadeau et ça, je savais que je n'aurais aucune difficulté à lui choisir quelque chose qu'il lui plairait. Je la connaissais depuis treize ans lorsqu'à l'âge de vingt-cinq ans elle était devenue la conjointe de mon fils M...

Dans cette délicate et féminine robe de nuit blanche, je l'avais souvent vue et toujours je tombais sous le charme. Ses longs cheveux, toujours peignés mais jamais coiffés, remontés et attachés avec de jolis peignes en écaille, lui donnait une beauté pure. Elle s'installait, près de la fenêtre en saillie, tenant tendrement dans ses bras son petit garçon qui avait maintenant dix-huit mois, en attendant son amoureux le père de son enfant.


Plus jeune elle ne voulait pas d'enfant, puis un jour de septembre, elle m'avait annoncé l'heureuse nouvelle. Pour la troisième fois, en juin 2000, je serais grand-maman. Nous étions tous si heureux. Un enfant c'est le plus beau cadeau que la vie nous fait. Futurs parents et grands-parents on a fêté ensemble et on a fait des souhaits. Cette belle fille, je l'ai aimée en la voyant. Tout au long de ces treize année de fréquentations, je lui disais ce qu'elle représentait pour moi et je trouvais mon fils chanceux d'avoir cette jeune femme pour compagne. Je l'aimais comme ma fille, cette fille que j'ai tant désirée mais que je n'ai pas eue. Elle était radieuse, travaillait, s'occupait de la maison, du jardin et doucement décorait la chambre pour ce petit poupon qu'elle attendait dans le calme et la sérénité. C'était un bébé garçon qui viendrait prendre possession de cette belle chambre à pignon que sa maman avait aménagée avec patiente et passion. Le dimanche, 4 juin 2000, par césarienne est né à 13h02, à l'hôpital Général Juif, un beau petit garçon, pesant 7.5 livres et mesurant 19 pouces 1/4. Il s'appelle Th C., il est né sous le signe du Gémeau et dans l'astrologie chinoise, il est Dragon. C'est un vrai coeur!

En janvier 2002, j'ai sorti ma carte pour écrire quelques mots et l'idée de la peindre à germer... Je n'avais pas de temps à perdre. J'ai peint cette toile avec beaucoup d'amour et le soir du 17 mars, pour ses 40 ans, je lui ai offert. Enveloppée dans du papier transparent, elle l'a vite déballée et je ne douterai jamais qu'elle était bouleversée et émue de recevoir un présent si vivant...

Depuis sa naissance nous avons connu le vrai bonheur avec cet enfant rieur. Tout l'intéressait! Il était toujours de bonne humeur, aimait se faire câliner, patauger dans l'eau, venir chez grand-maman joué avec les plats en plastique, flatter doucement les chattes, se faire photographier par son papa. Il a marché et parlé très tôt et aujourd'hui encore, à neuf ans, il continue de faire notre bonheur à tous.

Merci à ses parents de nous permettre de le voir quand il veut venir, et de le laisser coucher chez-nous! Depuis un an, il nous a montré à jouer sur l'ordi, au Club Penguin, à la Wii Sports, Mario Bros Brawl. Nous lui avons montré à jouer au Skip Bo, à faire les mots croisés junior dans le journal "La Presse", à épargner... il a déjà accumulé un bon montant dans sa banque et il est fier... Nous l'encourageons en assistant à toutes ses parties de soccer et de hockey.


Qu'est-ce qu'on pourrait demander de plus à la Vie...? Rien

samedi 23 janvier 2010

Kairos ou l'instant précis...


Si l'on regarde de près, le processus qui permet de redonner vie au "moi intérieur", cela consiste toujours dans sa phase initiale, à prêter attention à ses menus désirs, à découvrir ce que l'on aime vraiment. Nous remarquerons les tournures d'esprit ou les tours de phrase qui nous plaisent particulièrement, nous nous rappelons à quarante ou cinquante ans quel type d'homme ou de femme nous sommes réellement, nous nous souvenons tout à coup du bonheur de notre enfance, avant que nous consacrions nos vies à contenter autrui, à couver nos semblables ou à faire leurs quatre volontés.
Nous travaillons, jouons, faisons des affaires mais tôt ou tard, si nous avons de la chance, l'heure vient de rentrer en soi-même et de vivre au jardin. C'est dans le jardin que nous trouverons la richesse de la psyché. Nous pourrions dire que dans ce jardin clos, comme dans le récipient alchimique, de nouveaux métaux se forment tandis que fondent d'anciens. Le plomb de la dépression fond et devient chagrin. L'envie de réussir - cet étain tenace - se mêle au cuivre d'Aphrodite et donne le bronze qui est excellent pour faire des boucliers et des images divines.

Le jardin clos évoque donc le cultivé opposé à l'inculte, le limité opposé à une sociabilité sans limites, les préoccupations de l'âme par opposition aux obsessions extérieures, la passion par opposition à la sexualité brute et l'épanouissement des désirs de l'âme par opposition à une faim obsessionnelle et générale de posséder.
Ce nouveau travail dans le jardin signifie sortir du sous-sol pour s'exposer au vent et aux intempéries. Les semences germent, les saisons changent, les feuilles tombent, les bulles lancent de nouvelles tiges. L'engrais se transforme en feuilles, en roses et en pommes; quant à ce qui nous arrive de désastreux, nous considérons que ce n'est pas de notre faute et c'est peut être une erreur de nous accuser de tous nos malheurs ou d'un seul d'entre eux.
Pendant que nous sommes dans le jardin, nous travaillons encore dans l'obscurité mais cette obscurité ressemble à présent à la terre noire. Quand nous aimons mieux cultiver que nous dissiper, nous sommes prêts à créer un jardin. Nous y cultivons l'ardeur et la force du désir et sommes attentifs à ce que les désirs ont de microscopique. Prendre garde aux sentiments si discrets qu'ils se remarquent à peine.

*C'est cela être dans le Jardin*

Être un(e) fanatique de la perfection équivaut à ne pas avoir de jardin. L'angoisse d'être parfait fait dépérir la végétation. La honte nous empêche de cultiver notre jardin. Les hommes et les femmes qui ont trop de honte en eux arracheront, lorsqu'ils s'occuperont de leur jardin, les mauvaises herbes aussi bien que les fleurs parce qu'ils auront l'impression que trop de leurs sentiments sont imparfaits ou impurs.
D'après le livre de Robert Bly "L'homme sauvage et l'enfant"

"Kairos en grec"
C'est l'instant précis où est révélé se qui se tenait caché dans notre destin

samedi 16 janvier 2010

Justice pour des Grands-Parents...


Artiste: Normand Hudon

Vendredi matin, vers 11 heures, en arrivant au Palais de Justice, plusieurs caméras et journalistes attendaient. Ce n'était pas nous qu'ils voulaient filmer et interviewer. Bertram Earl Jones aurait droit à tout un accueil...

C'était la deuxième journée d'audience. Nous étions là pour accompagner des grands-parents qui présentaient une requête en demande de droits d'accès à leur petite-fille qui aura bientôt trois ans. Après plusieurs heures d'attente, à 16h45, la porte s'est ouverte. Enfin! Je l'ai vue sortir. Elle était la première, son mari suivait derrière. Le teint livide, les lèvres pâles, les yeux pochés, elle avait tant pleuré, elle marchait comme un zombie... Je suis allée vers elle et je lui ai demandé: Comment ça va? D'une voix à peine audible, elle a répondu: « Tout a bien été... on a tout ce qu'on avait demandé. » Nous l'avons serrée dans nos bras et embrassée, pendant que les grands-papas serraient la main de son mari. Puis, on s'est regroupé autour de l'avocat pour le féliciter, le remercier d'avoir plaidé avec assurance et obtenu un jugement favorable pour les grands-parents.

Depuis la naissance de leur petite-fille, personne ne les avait avisés qu'ils étaient maintenant des grands-parents. Leur fille était partie, avec son nouvel amoureux, six mois après ses dix-huit ans. Elle demeurait dans le même quartier et pendant toutes ces années, ils l'avaient croisée à quelques reprises. La maman, en la voyant, lui demandait des nouvelles... et c'est en pleurant qu'elle rentrait chez elle. Aucune lettre ou carte envoyées par les parents n'avaient réussi à attendrir leur fille aînée. Avec les voeux d'anniversaire et de nouvelle année qu'ils lui envoyaient, il y avait toujours cette petite phrase « ... pourquoi? » Ils recevaient, parfois, une carte dans laquelle elle répondait: « Je ne suis pas prête...» Cela avait duré neuf ans. Neuf ans à se tourmenter, à se questionner et à attendre...

Elle s'était mariée sans qu'ils soient invités ayant même osé présenter son oncle et sa tante comme ses parents... Puis un jour, l'appel d'une nièce, leur avait annoncé la bonne nouvelle. Ils étaient si fiers et heureux d'être, pour la première fois, des grands-parents. Ils ont communiqué avec leur fille pour la féliciter et demander s'ils pouvaient voir le bébé qui avait maintenant deux mois. La réponse est venue sans attendre. Non! Déçus et peinés, ils ont cherché de l'aide... Malheureusement, il aura fallu plus de 30 mois, entrecoupés d'une thérapie familiale qui n'a rien dénoué, pour régler ce douloureux mystère. Toute leur vie, ils ont économisé pour donné le meilleur à leurs deux filles, il est chef pompier à la retraite, elle est ménagère depuis qu'elle est mère et gardait les enfants des voisines. Ils ont dû hypothéquer leur maison pour payer les frais d'avocats, de thérapie et autres. Cette saga qui était un cas difficile, leur à coûté +/- 30,000$.

La maman et le papa devenus grands-parents ont perdu leur fille, mais la justice a permis qu'ils retrouvent leur petite-fille. Les blessures seront peut-être longues à guérir... Quand leur petite-fille de trois ans entrera dans leur maison, qu'ils la verront jouer, l'entendront rire et courir, ils se rappelleront, avec tristesse, que leur grande fille a aussi couru dans cette maison. Bientôt, cette petite fille jouera avec des jouets neufs achetés pour elle, et d'autres qui appartenaient à sa maman.

On ne peut pas crier "Victoire"
mais on peut enfin crier "Justice".

Est-ce que le temps arrangera les choses...
Les grands-parents le souhaitent sincèrement.
Le 24 janvier prochain, de 10h00 à 16h30,
grand-maman Fanie et grand-papa C verront enfin leur petit bébé d'amour.

jeudi 14 janvier 2010

De tendres mots d'amour...


Ce soir, je réponds à mon amoureux. Comme tous les ans, il avait déposé dans l'arbre, une enveloppe rouge contenant ma carte de souhaits pour la nouvelle année...et un tout petit sac recouvert de brillant dans lequel j'ai trouvé mon parfum préféré "Shalimar de Guerlain".

Moi, je n'avais rien déposé... ni carte, ni cadeau. Cette période magique et féérique que j'aime tant, me rend aussi déprimée et nostalgique. J'ai toujours des attentes... qui malheureusement ne se sont pas encore réalisées cette année. Ce n'est pas la première fois que cela se produit et je suis incapable d'écrire. Les chagrins passés remontent à la surface en même temps que mes attentes s'envolent. Alors, j'attends le bon moment. J'attends une journée où la tristesse ne sera pas tapie dans mon coeur, comme un petit lapin qui joue à cache-cache. Je sais qu'il attend (im)patiemment cette lettre remplie de mots d'espoir et d'amour où les chagrins passés ne seront plus présents.

À mon bel Amour,
Tu m'as écrit une si belle carte de souhaits pour la nouvelle année, comment te remercier? Cette confiance et cette fierté que tu as en moi sont un antidote miraculeux contre le laisser-aller. Dans l'adversité, sans ton écoute, sans ton appui où serais-je allée? Ton amour m'a soulevée, je veux te remercier.

Après avoir traversé une forêt obscure, tranquillement, j'ai laissé tomber mon "chimidunchik" (bagage) pour voyager plus léger. L'année 2009, nous a apporté de belles surprises et de grandes joies. Tout a débuté par cet appel de Th le premier janvier, je crois vraiment qu'il m'a ressuscitée... Quelle belle année avec nos deux petits gars, complices du plaisir depuis leurs naissances et complices de l'ordi depuis cette année.

Toi et moi, nous avons la chance et le bonheur de participer à leur développement, de les voir évoluer doucement, de partager des joies immenses, de vivre les plus beaux "Vendredis Heureux" ensemble, de sourire quand on les entend rire, de vivre de tendres petits bonheurs, d'assister à leurs performances au hockey et au soccer et surtout de compétitionner sur la Wii Sports avec deux jeunes experts qui peuvent en montrer aux deux "jeunes" vieux...

Tout cela est un précieux cadeau qui enrichit notre vie, nous unit et nous rajeunit. Depuis plus de 28 ans, nous avons fait ensemble un voyage périlleux et fantastique. Pour cette nouvelle année 2010, je nous souhaite de continuer ce fabuleux voyage sans emporter trop de bagages, cela nous permettra de vivre pleinement la vie qui nous été donnée.

Tendrement et amoureusement, je te dis Merci et I love you.
Ton amour Sue XX
Pour nous deux... 
Joie, Paix, Bonheur et Santé!

dimanche 10 janvier 2010

Une Fête... Une très grosse peine

Nous étions huit, autour de la table, dans un chic restaurant japonais de Ste-Thérèse, pour fêter l'anniversaire d'un grand-papa qui aura 58 ans mardi prochain. C'était une fête surprise que sa belle Jeanne lui avait préparée pour le sortir de ses rénovations. Maintenant qu'ils savent que "Petite Princesse" ne viendra plus, ils ont décidé de vendre cette maison qu'ils aimaient tant. Leur douleur a fait disparaître leur grand bonheur.

Après le restaurant, nous étions invités chez eux pour souffler les chandelles. Nous étions trois couples de grands-parents empêchés, par leurs enfants, de voir leurs petits-enfants. Tout en dégustant une délicieuse jardinière de fruits frais, et en sirotant café ou tisane, grand-papa a commencé à parler de ses beaux souvenirs avec sa "Petite Princesse"...

Voici la lettre qu'il lui écrivait en mars 2007.
Chère petite Él...,
Depuis ta naissance, il y a 28 mois, tu me remplis d'une joie si grande, qu'il n'y a pas de mot pour la décrire.

J'apprécie lorsque tu mets ta petite main délicate dans la mienne, car celle-ci devient protectrice. Tout comme lorsque tu me dis des « petits secrets » à l'oreille, celle-ci devient confidente et j'espère que cela durera toujours.

J'aime te garder, j'aime te regarder. Ainsi, lorsque tu me regardes dans les yeux, l'un de nos jeux préférés, je vois alors toute ta beauté. Mais rien n'a d'égal le moment où tu t'endors dans mes bras, ce sont alors eux qui sont les mieux car ils te servent de havre de repos.

Ici, tu joues en toute sécurité car tu sais que, continuellement, je te surveille et te protège. Mais, si par malheur tu te fais mal, c'est tout mon corps qui devient souffrance et si tu as de la peine, mon coeur devient chagrin et mes veines se transforment en fleuve de compassion.

Tu ris, tu souris, tu chantes, tu joues avec l'harmonica qui appartenait à ta maman, ou tu promènes le petit chien de bois qui était sien, tout ce que tu fais m'émerveille.

Tu cours vers moi et mes bras deviennent refuge. Tu fais ta coquine et tout ton charme me ravit. Ton épanouissement témoigne de tout l'amour qui t'entoure...

Lorsque tu dis « grand-papa », pire « mon grand-papa », tu me remplis d'une joie si grande. Il n'y a rien de plus beau que ces mots.

Él..., je t'aime et je veux rendre hommage à ta maman, ma fille N..., qui m'a offert le plus beau cadeau que je ne pouvais jamais espérer. À ma fille, qui sait être une mère affectueuse, tendre, patiente, passionnée et qui élève ma petite-fille dans l'amour et la joie, je veux te dire que jamais je n'aurais cru que ta fille m'aurait rendu aussi heureux.

Merci, N..., pour ce merveilleux petit être qui toujours aura un grand-père protecteur et éperdument amoureux de la vie. Sans Él..., ma vie aurait été incomplète. Merci, je t'aime.

Ton grand-papa
Fêter son anniversaire
sans sa fille unique ni sa "Petite Princesse"
empêche un grand-papa de faire des voeux...
Le bonheur était là mais que reste t-il?

mercredi 6 janvier 2010

Deux Prix... Merci pour les grands-parents

En décembre, j'apprenais avec bonheur qu'Enfer Noir avait reçu le prix "The 2009 Blogger Appreciation Awards". J'ai écrit un petit commentaire de félicitations et j'ai continué ma lecture. En voyant "Grimimi Sue" j'ai réalisé que ce prix était dédié à 5 autres sites. Recevoir, d'une main de maître, ce prix m'a gênée, émue et touchée.
Ce soir en consultant mes commentaires, je lis que le site de "Grimimi Sue" a été retenu, une deuxième fois, pour recevoir ce prix par "Réflexions d'une femme heureuse" et j'ai ressenti les mêmes émotions...

Si ce prix peut aider à sensibiliser quelques personnes à la cause des grands-parents, empêchés par leurs enfants, d'avoir des contacts avec leurs petits-enfants, j'aurai réussi mon mandat et cela me consolera.
Voici les 7 préceptes qu'il faut suivre:
1. Remercier les donneurs
2. Mettre les donneurs en lien
3. Copier l'image et la montrer sur son blog
4. Raconter sept choses inconnues sur soi-même
5. Offrir à son tour le prix à sept (cinq) blogeurs/ses
6. Ajouter leur lien
7. Leur annoncer qu'ils doivent à leur tour se découvrir.

C'est avec une profonde reconnaissance que je dis MERCI!
ENFER NOIR : http://enfer-noir.blogspot.com
Un très beau site de poésie où vous trouverez douceur et noirceur... dans un environnement relaxant.
RÉFLEXIONS D'UNE FEMME HEUREUSE : http://rflexionsdunefemmeheureuse.blogspot.com
Le titre décrit bien le site. Freda aime les chats, les croisières et la Vie...

Le plus difficile, se sont les sept choses inconnues. J'ai presque tout dit...
JE SUIS FIDÈLE:
1. à mon amoureux depuis plus de 28 ans
2. à mon parfum "Shalimar de Guerlain" depuis 35 ans
3. à mon eau de linge, senteur de lavande, pour la literie
4. à mes vacances à Newport, Rhodes Island, USA
5. à mes mauvaises habitudes
6. à mes amies, mais j'en ai très peu depuis quelques années
7. à ma pensée depuis que je suis authentique

Sans aucune obligation aux lauréates de poursuivre la chaîne, je dédie le prix à:
1. Air fou: http://airfou2.blogspot.com
Pour toutes ses interventions, ses propositions et surtout pour ce génial site sur la gratitude "Merci la Vie"!
2. Éléonore: http://yadesmots.blogspot.com
Une famille où il y a un chien qui aime vivre dans la nature avec ses maîtres, où le sport est très important ainsi que la photographie. En plus des sujets divers...
3. Epamin':
http://epaminondas-lesesperluettesdepamin.blogspot.com
Le site du bonheur! Des histoires ludiques, comiques ou plus sérieuses, mais toujours avec des mots recherchés. Et bientôt des esperluettes de petit loulou parce que Epamin' est Mamie depuis le 27-12-09.
4. Le grenier de Jane: http://sjanesatticx.wordpress.com
Visiter le blog de Jane c'est trouver une jeune bouffée d'air. Maman d'un petit garçon, elle nous raconte la vie avec son fils, ses livres et tout le reste...
5. Vivre: http://marico-marico.blogspot.com
Épicurienne, Marico aime bien manger, boire les bons vins, faire de la voile, de la peinture et tout ce qui se fait de beau et bon. Elle nous raconte des pans de sa vie dans de beaux billets chaleureux.

Je remercie tous les blogeurs et blogeuses qui ont visité et laissé des commentaires sur le site de "Grimimi Sue" depuis son ouverture le 12 septembre 2009.
C'est avec vous que je partage ce prix
car sans lecteurs et lectrices, un blog n'existe pas!

vendredi 1 janvier 2010

Un appel qui deviendra rituel...


Le soir du 1er janvier 2009, après deux ans de silence, j'ai reçu un appel qui a transformé ma vie de Grimimi. Il était 22h15, ce soir-là, quand le téléphone a sonné. Une petite voix a dit : « Grimimi... » et ma vie venait de changer. Je disais et répétais Th, Th, c'est toi. Grimimi est tellement contente. Ah Th, comment ça va? Je suis si contente... Il avait trouvé, en revenant d'une soirée, le gros sac que j'avais déposé, la veille chez sa voisine. Des cartes de souhaits, des timbres collectionnés depuis quelques années et surtout un ourson nommé Shelby qui vivait en hibernation depuis décembre 2007... Nous nous étions laissés à 00h10 avec un rendez-vous pour aller le chercher le lendemain vers 15h00.

Depuis, c'est le bonheur! Un sourire m'éclaire lorsque qu'il m'appelle. Quand je vais le chercher à l'école, pour qu'il vienne avec nous à la maison, je vois des étincelles dans ses beaux yeux bleus. On a le bonheur facile et la tendresse est notre amie.

Aujourd'hui, c'est la journée des appels de parents, d'amis/es pour nous souhaiter une "Bonne Année". J'ai aussi reçu des appels de grands-mamans, mais il y avait deux appels que j'espérais... Vers 21h45, je savais que ce ne serait pas encore pour cette année, qu'il n'y aurait pas d'appels de mes 2 fils.

Il était 22h15, la même heure que l'an passée. J'ai décroché le combiné, signalé le numéro et c'est la boîte vocale qui m'a répondu. J'ai pris la parole: « Le message est pour Thomas. Thomas c'est Grimimi. Je voulais te souhaiter "Bonne Année" et te dire que je pensais à ton appel de l'an passé...Ce fut mon plus grand bonheur de cette année là... je t'embrasse et je t'aime ».

Le téléphone a sonné vers 22h35. Allo Grimimi... On a parlé de notre journée... et je lui ai demandé si on pouvait faire cet appel tous les ans à la même heure. Moi ou lui. Il a dit : "Oui". C'est un accord pris entre un petit-fils de 9 ans et sa Grimimi. Il aura fallu que je lui parle pour que mes questions sans réponses, mes angoisses et ma peine s'éloignent doucement. MERCI! Th...

Demain, il part, pour quelques jours en vacances, avec ses parents. Je garderai Merlin, son petit Yorkshire. Il m'a tout expliqué, qu'est-ce que je devais faire et ne pas faire. Après, il m'a dit que son père voulait me parler. Ça va? Oui, toi? Bonne Année! Merci, toi aussi... À quelle heure veux-tu que j'aille mener le chien? À ton heure... Vers 10h30-11h00 O.K. Pas de problème...

Malheureusement, je ne pouvais appeler Jo et "Ma Puce". Même si leurs parents m'ont privé de mon "Vendredi Heureux" et qu'ils n'ont pas accepté de le remplacer par une autre journée ou par un simple appel à mon petit-fils et ma petite-fille, je sais qu'un jour, tout cela sera derrière nous. Cette année, les frustrations, j'aimerais être capables de les ignorer et de profiter des beaux moments de la vie.

Je ne dis pas que cela sera facile,
j'essaierai, pour mes petits-enfants,
de ne jamais être contaminée par leurs parents.
Related Posts with Thumbnails