samedi 18 septembre 2010

Un deuil de courage et d'espoir...

Une balançoire l'attend mais elle ne viendra pas... Jeudi, à 14h30, une grande douleur les a anéantis. Ils ont su qu'ils devaient commencer leur deuil. Un deuil difficile et souffrant. Un deuil de colère, de révolte et de blessures profondes. Mais aussi, un deuil de courage et d'espoir. Enfin, un deuil sans funérailles!

Ils avaient tant d'amour à donner et à recevoir... Un couple heureux, sans histoires. Des parents comblés. Une fille unique qui faisait leur fierté. Puis, en novembre 2004, ils avaient reçu le plus beau cadeau qu'ils pouvaient espérer. Cette journée-là, ils étaient devenus grands-parents.

Les jours coulaient lentement. Les grands-parents s'émerveillaient comme des enfants. Ils vivaient un bonheur pur et simple. Cet adorable bébé devenait doucement une gracieuse petite fille. Ils avaient toujours eu le bonheur facile et leurs rires étaient contagieux. Mais là, chaque instant était magique. Dès qu'elle apparaissait, ils recevaient une grosse bouffée d'adrénaline. De sa petite voix, leur petite-fille qui n'avait pas encore quatre ans, criait en les voyant... « Grand-maman! Grand-papa! » C'était leur fleur, leur parfum.

Pourtant, un jour, ils s'étaient retrouvés assis devant un avocat. Elle en pleurs, lui atterré. Ils avaient raconté leur triste histoire... Six mois plus tard, après trois jours d'audience, madame la Juge, en décembre dernier, leur avait accordé des droits d'accès à leur "Petite Princesse". Ils avaient été meurtris, déçus et choqués.
C'était si peu. Trois heures par mois seulement. C'était cruel. Mais ces quelques heures seraient des heures de bonheur. Enfin, des jours heureux s'annonçaient.

Ils avaient fait des projets pour leurs sorties avec leur petite-fille. Mais, ils ont vite compris que leur fille et son mari ne respecteraient jamais le jugement. Après neuf mois, tout le monde était, une fois de plus, réuni devant le tribunal... Ils ont entendu des mots pour blesser, des mots pour faire mal. Est-ce cela, le prix à payer pour l'amour? Madame la Juge a déclaré qu'elle étudierait le dossier avant le prononcé du jugement.  

Après deux années passées à se battre pour leur droit, pour préserver ce lien si important qui unit un enfant à ses grands-parents, ils sont démolis. Ils ont parfois peur qu'elle les oublie... Jeudi à 15h20, j'ai reçu ce courriel. « Bonjour Sue. Notre voyage en enfer vient de se terminer à jamais... Pour le bien de notre petite-fille c'est mieux ainsi. Son bonheur est plus important que tout... Peut-être qu'un jour, elle voudra nous retrouver... J & A

Un jour, leur petite-fille, comme un joli papillon, aura le goût de la liberté et volera vers ses grands-parents. Seul leur courage, leur détermination et leur force, les aideront à toujours gardez confiance et espoir.  

« Puisqu'on ne peut changer la direction du vent,
il faut apprendre à orienter les voiles.»
James Dean

22 commentaires:

  1. Je pars en vacances jusqu'au 7 octobre. Dès mon retour, c'est avec beaucoup de plaisir que je vous répondrai si vous me laissez un petit cadeau. Merci!

    RépondreSupprimer
  2. Boujour, Grimini.
    Le deuil n'est pas l'oubli, certes, mais il est aussi éspèrance..
    Un jour viendra où la larme séchée deviendra sourire retrouvé.Le papillon sera venu en messager.

    Bonnes vacances, Grimini.
    Bes à becs.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Grimimi,

    A la lecture de ton billet, je me demande, une fois encore, comment je pourrais supporter que l'on me prive ainsi de mon petit-fils.

    Bonnes vacances où que tu sois!
    Courage aux grands-parents malheureux.
    Bises d'Ep'

    RépondreSupprimer
  4. C'est tellement cruel et en même temps, je crois aussi qu'il y a espoir. Les petits-enfants voudront retrouver les liens. Bonnes vacances et bisous.

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir Sue.

    Je te souhaite de très belles vacances, profite bien des beaux jours de l'automne.

    Il reste toujours l'espoir pour ces grands parents mis de coté.

    Le vent fini toujours par tourner du bon coté.

    Bises

    RépondreSupprimer
  6. bon courage... ecris leur de belles choses dans ce blog des choses qu'ils liront un jour alors des choses belles uniquement, qui ne leur demanderont pas de choisir entre ses parents et toi.. ça c'est l'enfer pour les petits enfants..même devenus grands!

    La maman s'en rendra compte un jour...

    bons baisers d'istanbul en tout cas

    RépondreSupprimer
  7. Je suis désolée pour eux mais je suis contente qu'ils taillent à leurs côté car avec tes sages mots tu sauras les réconforter et les soutenir... bonne vacances ma chère Grim!
    -Jane
    xoxo

    RépondreSupprimer
  8. Grimimi,
    ma gorge se noue. Quel courage vous avez tous...

    RépondreSupprimer
  9. bonjour
    pas de nouvelles ,je m'inquiète ,donc ,je viens te voir
    ,quand mon petit fils ,m'a dit ,il y a bien longtemps(t'inquiètes pas ma nenette à 18 ans je viendrais ,vous voir) et il est venu son frère et sa soeur quelques années ,après !!!même mon fils est la !!pas loin!!mais tout seul!!
    l'espoir fait vivre!!courage ,je pense à toi

    RépondreSupprimer
  10. *** Coucou Grimimi ! Ton post est très triste, et j'ai de la peine pour vous !
    J'espère que vous passez de bons moments pendant vos vacances ... ça change les idées de partir un peu, on s'échappe ! GROS BISOUS et à très bientôt Chère Grimimi ! :o) ***

    RépondreSupprimer
  11. Voyons je croyais bein avoir laissé un message avant de partir en voyage, j'ai du y penser mais ne pas le faire.

    Je trouve tout ceci bien tragique et je ne peux concevoir qu'on doive en venir là... tant de douleur et d'amour perdu :(

    RépondreSupprimer
  12. Bonsoir herbert,
    Tu es un sage et un poète. « La larme séchée deviendra sourire retrouvé.» Cette petite phrase est si vraie mais il y a tant de douleur avant l'arrivée du sourire.

    Tous les grands-parents privés de contacts avec leurs petits-enfants ont été amputés. J'ai eu beaucoup de chance de recevoir tout cet amour par de purs/es inconnus/es via ce blogue.

    Pouvoir s'exprimer est vitale quand on se sent rejetée par ceux qu'on aimait le plus...

    Je te remercie de faire partie de ces personnes si précieuses...
    Nos amis/es sont des anges qui nous soulèvent quand nos ailes n'arrivent plus à voler.

    Amitiés et doux becs chinois.

    RépondreSupprimer
  13. Chère Epamin',

    Il a déjà plus de neuf mois... C'est si précieux et merveilleux ce cadeau que la vie t'a offert. On ne réalise pas toujours avant leur naissance ce qu'il fera de nous et avec nous. Toutes ces petites joies, ces petits bonheurs qu'on ne connaissait pas et qui soudain viennent bouleverser notre vie pour la vie...

    Je t'embrasse tendrement ma douce Epamin', et profite de ce bonheur.

    Amitiés et doux becs chinois.

    RépondreSupprimer
  14. Bonsoir Solange,
    Oui c'est cruel et l'espoir est la seule chose qui aide à supporter l'insuportable.

    Je te remercie de tout coeur.
    Amitiés et becs chinois.

    RépondreSupprimer
  15. Bonsoir Gelisa,
    Je te remercie de ton passage. Les vacances m'ont fait réaliser comme il est délicieux le temps passé à deux.
    La rentrée est aussi un moment heureux. Revenir chez nous, retrouver notre belle chatte Alice, un décor nouveau par un simple regard à l'extérieur...
    Des petites choses qu'il faut quitter pour mieux les apprécier.

    Tendresse et doux becs chinois.

    RépondreSupprimer
  16. Chère Nina d'Istanbul,
    Je te remercie pour cette première visite et j'espère te revoir.
    J'ai apprécié ton commentaire plein de sagesse et de douceur.

    Je suis déjà ton conseil. Ce blog n'est pas une poubelle où je crache mon venin. C'est une voie ouverte pour exprimer mes émotions, mes peurs et mes passions.
    Mon plus grand désir est de voir, un jour, mes petits-enfants heureux et épanouis. Je veux qu'ils retrouvent leur grand-maman, celle qui est restée dans leurs mémoires.
    Nos retrouvailles seront une fête où il n'y aura pas de place pour le ressentiment.

    Tendresse et doux becs chinois.

    RépondreSupprimer
  17. Bonsoir Jane,
    Je suis si heureuse de te retrouver. Notre voyage a été des plus agréables.
    On vient d'aller reconduire Thomas chez lui. Il était ici depuis hier soir après sa pratique de hockey. Nous avons beaucoup de chance... d'être ensemble et de vivre des moments si importants dans nos vies hypothéquées de grands-parents.
    Merci à ses parents de le laisser libre de venir quand il le veut.

    Je m'ennuyais de ma petite fille et de son garçon si coquin. Je vous embrasse tendrement et vous serre sur mon coeur.
    1000 doux becs chinois. xxxxxxxx
    Grim

    RépondreSupprimer
  18. Chère Nanou,
    Tu sais que sans le courage nous perdrions espoir et sans espoir l'avenir serait plus triste.

    Je te remercie de toujours croire en nous...

    Amitiés, tendresse et doux becs chinois.
    Sue

    RépondreSupprimer
  19. Chère maguy,
    Je ne savais pas que toi aussi tu avais été séparée de tes petits-enfants.
    On ne s'imagine pas que certaines personnes aient traversé ce long tunnel. Je suis heureuse de savoir que maintenant vous êtes de nouveau réunis. Je te souhaite, qu'un jour, ton fils se joigne à vous. La vie est trop courte pour perdre des secondes si importantes.

    Je te remercie de passer me voir et de laisser de jolis cadeaux par ma petite fenêtre ouverte.
    Amitiés, tendresse et doux becs chinois.

    RépondreSupprimer
  20. Ma belle Nancy,
    Toujours là, tous les matins avec ce si joli "Coucou Grimimi" ! Comment te dire toute ma gratitude pour tes attentions, tes commentaires, ta douceur et ta compassion.

    Les vacances m'ont transformée et je ferai le nécessaire pour tenter de tisser des ponts...
    Le temps est si précieux !

    Je te remercie chaleureusement et t'embrasse tendrement.
    Amitiés, tendresse et doux becs chinois.

    RépondreSupprimer
  21. Chère Eléonore,
    Comme tu le dis si bien « tant de douleur et d'amour perdu.»

    Ce n'est pas toujours facile d'accepter toutes ces petites et grandes injustices. On vivait en harmonie puis, un jour, quelqu'un pour une raison inconnue a décidé de mettre un point final... à nos vies.
    On peut tenter diverses approches ou essayer de vivre sans eux...
    Mais il y aura parfois des journées difficiles où la douleur sera presque insupportable.

    Amitiés et tendres becs chinois.

    RépondreSupprimer

Ne partez pas... sans laisser une trace de votre passage.
MERCI !

Related Posts with Thumbnails