samedi 21 août 2010

Mourir sans ses enfants...

Maman 24-10-1912 - 21-08-2006

Je fixe l'écran, je regarde cette belle photo de toi maman, tu as vingt-trois ans! Je cherche les mots, les mots qui expriment toutes mes émotions, il y en a tant maman... elles se bousculent comme des prisonnières que l'on a libérées du trou. C'est la première fois que je remarque cette tristesse dans ton regard, sur tes lèvres. On dirait que tu es absente...  Tu es si belle Maman. Je t'aime!

Je suis la curatrice de ma mère depuis 1991, après avoir formé un conseil de famille et signé une procuration devant notaire. Maman vit dans un Centre Hospitalier de Soins de Longue Durée ou C.H.S.L.D. Les personnes qui entrent dans ces centres ne ressortent pas vivants.

Je dors profondément, depuis quelques heures, quand la sonnerie du téléphone tinte au loin comme dans un rêve...Je suis fatiguée, exténuée même. Depuis cet appel de mercredi, je vis des heures très difficiles et angoissantes. Je n'accepte pas de signer leur document tant qu'un médecin ne sera pas venu la voir.  J'en suis incapable et on me regarde de travers, on m'évite et on ne me parle pas, sauf de cette signature.  Le médecin ne passera pas tant que je ne signerai pas leur document dans lequel j'accepte de changer le niveau de soins, passant d'un niveau 2 à un niveau 3. Beaucoup de pression... et pas de médecin après plus de vingt-quatre heures. Maman souffre de difficultés respiratoires, j'ai passé la nuit avec elle. Si sa condition se détériore, je signerai, pour que le médecin vienne la visiter.

Mon frère aîné est à Vancouver pour le mariage, samedi, de son petit-fils. Ma soeur Marcelle l'a avisé, elle m'a dit qu'il était d'accord pour que je signe, elle doit parler à mon autre frère pour lui dire que je dois signer. Ma soeur cadette ne sait pas encore. Ça fait vingt ans qu'elle visite maman, de temps en temps, mais toujours en notre absence. Ce soir, je l'appellerai.

Marcelle a appelé à la maison vers 18h00 le lendemain. Elle crie comme une hystérique... que maman ne va pas bien et que je dois signer. Mon frère et moi, nous rendons rapidement à la résidence. Il n'y pas de changement, maman est comme hier. Elle a tout mangé ses repas aujourd'hui... Le personnel lui a mis de la pression pour qu'elle me convainque.

Je suis dans le corridor, impossible d'être dans la même pièce que ma soeur Marcelle.  Une infirmière que je ne connais pas, s'avance vers moi et tendrement, m'explique que je dois être la seule à prendre cette décision importante. Si vous ne vous sentez  pas prête ou capable, ne signez rien. Cela me rassure beaucoup. 1998, nous avons du faire euthanasier notre chatte Charlotte et nous avons pleuré Normand et moi avant de donner notre accord au vétérinaire. C'est maman qui est là sur ce lit.  Veut-elle mourir, est-elle prête, je n'en sais rien car jamais nous n'avons abordé ce sujet. Une seule fois, elle m'avait parlé de sa peur de mourir seule. Je lui avais promis que je serais là près d'elle.

Vendredi 15h00. Le médecin a appelé pour me dire que maman est dans le coma et que j'aurais du signer depuis longtemps ce changement de niveau. Je ne comprends toujours pas pourquoi le médecin ne vient pas visiter le malade avant qu'on signe. Je suis allée signer. Mais quand nous avons vu, Normand et moi, une préposée faire manger maman, nous étions vraiment ébranlés...

Nous étions trois et nous avons fait une rotation pendant ces quatre jours. Le dimanche, je suis arrivée vers 11 heures, j'ai installé un radio avec lecteur CD et j'ai fait jouer de la musique pour la relaxation. Ma soeur est arrivée vers 2 heures.  Dès qu'elle est entrée dans la pièce, j'ai senti ma paix s'envoler et je me suis concentrée sur le temps qui reste... Il n'y avait pas d'oxigène dans cette petite chambre et vers 21 heures, j'ai appelé Normand pour qu'il vienne me chercher. Je n'avais pas dîner ni souper. J'ai embrassé maman en lui murmurant à l'oreille que je l'aimais et que je reviendrais demain matin.


Je dors profondément, depuis quelques heures, quand la sonnerie du téléphone tinte au loin comme dans un rêve... Quatre coups et je comprends tout en soulevant le combiné. Il est 01h35 le 21 août 2006. C'est mon frère Claude, Marcelle l'a appelé pour lui  annoncer que maman est morte à 01h20. Je n'étais pas là comme promis. Ma soeur Marcelle ne m'a pas appelée. Elle m'a dit qu'elle savait ce qu'il fallait dire à maman. Jamais, je ne lui pardonnerai. N'oublie surtout pas cette promesse.

Maman a été incinérée et ses cendres exposées le 26 août. Une rose blanche et quelques mots sur une petite carte signale ma présence.

"La gratitude est une fleur dans le jardin du coeur."
Merci maman!
Photo: Maman et Th 

51 commentaires:

  1. je suis bouleversée à cette lecture, sur le départ de ta maman...
    Mon papa est parti seul, à 8000 kms de moi un 19/08 et enterre un 21 /08...similitude de date avec ta maman...
    j'ai cruellement ressenti qu'il soit seul alors je te comprend
    J'avasi fait le voyage en Juin depuis la Guyane pour passer mes 3 semaines de vacances avec lui, profiter de lui...comme si je savais...
    Le tél a sonné en pleine nuit j'avasi 8000 kms à faire..j'ai pris l'avion le lendemain...et je me suis occupée seule de tout, mon frère et ma soeur n'ont pas répondu présents....un moment de chagrin sans une épaule pour m'appuyer dessus

    comme je comprend ta tristesse en ce 21 /08 , et ce qu'elle était jolie ta maman

    c'est bien de lâcher tes émotions chère Sue
    je t'embrasse de tout mon coeur

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas de mots pour exprimer ce que je ressens à la lecture de ce billet Grimimi. Ce matin je me suis réveillée en pensant à ma Mamie, qui aurait fêté ses 88 ans ce 21 Aout.
    La perte d'un être cher est tellement douloureuse et bien sur particulièrement sa Maman ou son Papa...
    Vivre sans cette personne est déjà difficile, mais quand une certaine culpabilité vous ronge, ça l'est d'autant plus, quelque chose qui détruit de l'intérieur, qui pince, qui pique, qui fait mal, là, dedans...
    C'est ce que je ressens quand je pense à ma Mamie... collée dans un mouroir le temps de se soigner pour quelque chose de bénin, ils l'ont laissé mourir à petit feu, incapables de nous donner de réponses, impossibilité de voir un médecin, de comprendre... à ce moment je m'occupais de mon père atteint de SLA, Maman travaillait et quand elle rentrait la semaine, les visites étaient interdites car trop tard. Nous y allions tous les week end, et ma tante toute la semaine. Nous étions impuissants face à sa descente aux enfers, sans réponses de la part du corps médical; sa plus grande joie était de me voir, et elle me disait qu'ils étaient méchants ici, qu'elle n'en pouvait plus. On a décidé de la prendre chez nous...la réflexion a duré toute la semaine. Le Samedi soir Tata est arrivée chez nous, Mamie n'allait vraiment pas bien "mais bon". Maman qui venait de rentrer a pleuré, s'est rhabillée et a voulu aller la voir, forcer les portes vu l'heure qu'il était, et la sortir de là, c'était trop, c'était décidé, elle ne pouvait pas laisser sa Maman la-bas, elle allait mourir à force! ils ne s'en occupaient pas. Tata l'a raisonné, jamais elle ne pourrait la faire sortir à cette heure là, un week end, sans signature de médecin etc, on irait demain matin à la première et on verrait pour la faire sortir lundi...
    Je suis dans le noir, je me réveille doucement en entendant les sanglots de ma mère et je la sens près de moi, assise sur mon lit, le jour ne s'est pas encore levé ce Dimanche 20 Février 2005, elle m'annonce que Mamie est partie...
    Je ne l'avais pas vu la semaine précédente, car amoureuse, j'étais partie avec Lui...est ce qu'elle serait morte si j'étais allée la voir et lui redonner le courage dont elle avait besoin? est ce qu'elle serait morte si Maman l'avait sortie de cette prison bien avant et surtout Ce Soir là?
    Chacun porte ses remords comme une croix et cette douleur ne s'estompe pas avec le temps au contraire...on lui avait promis aussi.....je revois ces larmes lorsque l'on partait le dimanche soir et je pleure à mon tours...
    Jamais la culpabilité de s'envolera Grimimi, j'aimerai te dire 'tu étais fatiguée, tu ne pouvais pas savoir, on ne t'as pas prévenu au moment où, ta Maman te voit de la haut et sait bien...' mais tu sais comme moi que ça n'y fera rien, pour moi en tous cas ça n'y change rien...il n'y a plus qu'à vivre avec tout ça et accepter... que la vie est triste et parfois difficile, et je pleure...
    Je t'envoie de doux baisers, malheureusement bien salés...

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour NanouB,
    Journée triste et mémorable.
    J'ai encore le cahier dans lequel je notais tout... selon les recommandations de l'association Handicap-Vie-Dignité qui prend la défense des malades.

    « Le Silence engendre la tristesse,
    La Tristesse engendre la colère, et
    La Colère qu'est-ce qu'on fait avec...» Dan Bigras.

    C'est anormal pour moi de mourir comme ça. Personne n'a le droit de
    s'approprier la mort de quelqu'un.
    Quatre jours à s'inquiéter et elle ne nous a pas appelés quand elle a vu la fin approcher.

    Je te serre tendrement sur mon coeur et je partage ta douleur.
    Amitiés, tendresse et becs chinois.
    Sue

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Fée Carole,
    Je te remercie sincèrement pour cet émouvant et long ruban que tu as pris le temps de m'offrir en cadeau.

    J'ai lu avec tendresse et douleur ton si touchant texte. Ta toute jeune vie est déjà parsemée de grosses épreuves... Je crois que cette raison a fait de toi, un bel "Ange".
    Ton père atteint de cette terrible maladie qu'est la SLA, dont tu as été plus qu'un témoin, t'a certainement bouleversée. Tu es une personne très courageuse, pleine de force et de ressources.

    Il y a une phrase que j'ai relue pour bien en saisir le sens.
    « Chacun porte ses remords comme une croix et cette douleur ne s'estompe pas avec le temps au contraire...»
    Carole, doucement la douleur fait place au beaux souvenirs. Tes sourires remplaceront lentement tes larmes. Bien sûr, il y aura toujours ces journées pour nous rappeler qu'on les aimait tant.
    « Parce que Dieu ne nous claque jamais une porte au nez sans ouvrir une fenêtre, dans l'ombre de tout ce chagrin, il m'est arrivé des choses merveilleuses. »
    "Mange, prie, aime" de Elizageth Gilbert.

    Je ne ressens aucune culpabilité. Je serais restée si j'avais su que ma soeur vivait cet état d'esprit.
    Je fait lentement la paix avec moi-même en dévoilant sur ce blog, des secrets que je gardais dans un écrin près de mon coeur. Puis un jour, j'ai découvert que j'avais moins mal et je continue à fouiller dans tous les p'tits recoins.

    Je t'envoie, par ma petite fenêtre ouverte, une longue ficelle attachée à ton ruban ainsi qu'un énorme panier de doux petits bisous.
    Sans petit bisou, les rêves sont flous...
    Pour toi XXX pour Élisa xxx.
    Grim

    RépondreSupprimer
  5. Je ne sais que dire d'autre que je suis bouleversée. J'ai perdu celui que j'aimais il y a de cela bientôt 10 ans et aujourd'hui aurait été son anniversaire. Lorsqu'il est parti je n'étais pas présente et de ça je m'en veut encore.

    La culpabilité ne s'envole jamais au complet, mais dis toi que de là haut ta mère ne t'en veux pas et qu'elle veille sur toi.

    Un gros câlin.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Isa,
    J'ai lu ton poétique billet "Rêver" et j'ai retenu ta dernière phrase.

    « Je t'envoie un baiser, car aussi haut que tu sois je sais qu'il se rendra. »

    C'est rempli d'espoir...

    Ces commentaires ont tous une date qui nous unit. C'est un présage de réconfort, de soutien et de tendresse.
    Je te remercie de ta visite et de ce précieux cadeau laissé à une grimimi.
    Tendresse et doux becs chinois.

    RépondreSupprimer
  7. Perdre un être cher et ne pas être là pour l'assister vers ce grand départ, c'est un éternel regret. Moi c'est mon père qui est parti seul, alors je comprends ton émotion pour ce trite anniversaire. Bises.

    RépondreSupprimer
  8. je suis desole de ce qui viens de t'arriver!....j 'aimerais tant trouver les bons mots pour t'aider dans cet epreuve de vie!de mort!...meme loin je suis avec toi de tout mon coeur!!!!crois moi je suis là tout près!mille bz de courage!douce nuit!...

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Solange,
    Tu as le mot juste Solange en disant regret.
    Mon père est mort subitement d'un infractus le 12 octobre 1977. En se levant, maman qui était malade, l'a vu étendu sur le divan du salon. Elle pensait qu'il dormait mais deux heures plus tard, s'inquiétant, elle découvrait qu'il était mort...
    J'ai eu beaucoup de peine et de colère pour les deux, mais les raisons sont tellement différentes pour maman.
    Ma soeur m'a privée d'un moment unique que tout enfant doit vivre pour poursuivre son cheminement.

    Merci pour ce beau cadeau partagé.
    Tendresse et becs chinois.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour floflo,
    Je suis si contente de te lire courageuse floflo.
    Maman est décédée le 21 août 2006. Après 4 ans, il me reste encore un goût amer de cette très mauvaise expérience.

    Merci de ton passage et de tes tendres mots laissés en cadeau.
    Tendresse et becs chinois.

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour, Grimini.

    Ma Maman est née aussi en 1912. Elle est décédée en 2004. A la fin de sa vie, j'étais aussi son tutenr.
    Ses dernières années furent très douloureuses pour elle et pour moi aussi.
    De plus, à 20 ans, elle ressemblait beaucoup à la tienne...
    Tant de points communs nous rassemblent fort en ce billet bouleversant, même s'il n'en ait pas besoin pour que je partage avec une grande émotion , ce chemin des derniers instants.
    Je t'embrasse bien fort.

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour Herbert,
    Ces chemins des derniers instants ont été douloureux mais les partager nous unit dans la compassion, la douceur et la tendresse.

    Je te remercie pour ce cadeau d'amitié.
    Tendresse et doux becs chinois.

    RépondreSupprimer
  13. En silence, je suis bouleversée de ce texte, qui me rappelle combien la vie est fragile...

    Je reviendrai...
    xXx

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour La Silencieuse,
    Je te souhaite la Bienvenue et te remercie d'avoir accroché ta petite photo dans mon cadre d'ami(e)s fidèles. J'ai hâte de te revoir.

    Merci pour tes tendres mots laissés en cadeau.
    Tendresse et doux becs chinois.

    RépondreSupprimer
  15. *** Très triste et très touchant ton post, je suis bouleversée. Je t'embrasse bien fort Grimimi ! ***

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour Nancy,
    Après ton beau voyage en Bretagne... retour à Paris.
    J'ai une chance inouïe. Tu n'oublies jamais de laisser ces petits cadeaux si doux pour mon coeur.
    Amitiés, tendresse et becs chinois.

    RépondreSupprimer
  17. *** Comment commencer une bonne journée sans venir te dire un petit coucou amical Ma Chère Grimimi ? :o)
    Je t'embrasse bien bien fort et merci pour tes passages chez moi qui me font bien plaisir ! :o) ***

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour Nancy,
    Tu es levée depuis peu et pour moi, au contraire, c'est l'heure du dodo.
    Encore un précieux cadeau plein de gentils mots amicaux. Gros Merci!

    Amitiés, tendresse et becs chinois.

    RépondreSupprimer
  19. *** toc toc toc ! il y a quelqu'un ??? :o)
    Mais je crois que tu es déjà endormie alors je dépose juste un petit bisou chez toi Grimimi ! :o) Bonne nuit ! :o) ***

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour Nancy,
    Je te souhaite une belle journée remplie de douceur et de tendresse.
    Merci pour ton gentil petit cadeau.
    Amitiés, tendresse et becs chinois.

    RépondreSupprimer
  21. *** Chère Grimimi, Juste quelques mots pour te souhaiter une douce nuit ! GROS BISOUS à toi !!!!! ***

    RépondreSupprimer
  22. bonjour
    l'autre jour quand ,j'ai ecris mon billet
    crever de solitude,
    tu m'as remué un peu en me disant que mon mari était encore la et que c'etait,le principal
    en relisant ,j'ai compris et je l'ai mis en brouillon
    je te plains de tout mon coeur ,je te remercie d'avoir le courage de m'aider quand tu as de telles souffrances
    ta maman était belle c'est le souvenir que tu dois garder d'elle!!
    je t'embrasse!!courage!!

    RépondreSupprimer
  23. Bonjour Nancy,
    Jolie petite photo ce matin!
    Mais tu m'as laissé, en cadeau, les mêmes petits mots doux... Merci!
    Amitiés, tendresse et becs chinois.

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour Maguy,
    Je crois que le partage et l'entraide sont des sources de réconfort qu'on ne peut négliger.

    Je te remercie de ta visite et de ce cadeau laissé par ma petite fenêtre ouverte.
    Tendresse et doux becs chinois.

    RépondreSupprimer
  25. *** BONNE FIN DE SEMAINE A TOI GRIMIMI et gros bisous ! ***

    RépondreSupprimer
  26. Bonne fin de semaine à toi aussi jolie Nancy et gros becs chinois remplis de tendresse.

    RépondreSupprimer
  27. Ça doit être douloureux de ne pas avoir fait ces au revoir à votre mère :( J'en suis désolée... mais au moins l'écrire doit vous aidez à faire votre deuil.
    Bonne fin de semaine ma chère Grim!
    xoxo
    -Jane

    RépondreSupprimer
  28. Grim, j'ai fait l'article sur l'Award :)
    xoxo

    RépondreSupprimer
  29. Bonsoir Sue,

    Je suis bouleversée par ton témoignage, sachant que je pourrais vivre la même expérience dans pas longtemps. Il ne faut pas en vouloir à qui que ce soit, les circonstances font que ...... C'est arrivé comme ça. L'heure et le moment ne nous est pas connu.

    Quand tu as murmuré à l'oreille de ta maman que tu l'aimais et que tu reviendrais le lendemain, elle t'as entendu et elle aura préféré ne pas t'attendre, elle se sentait prête à partir c'est ce qui est le plus important et je suis certaine que ta maman était avec toi à son dernier instant, en esprit.

    Ta sœur n'a pas de méchanceté. Souvent les personnes très émotives, ne font pas ce qui doit être fait, il ne faut pas leur en vouloir.

    J'ai accompagné la mère de mon conjoint dans son trépas, aucun autre enfant n'était présent (ils étaient 6), seulement moi et mon conjoint et ce sera un instant inoubliable. Ils avaient tous quitté la chambre et nous devions y passer le début de la nuit.

    Mais on ne peut prévoir ce moment, il arrive comme ça. On s'en rend compte que parce que c'est le silence total. Dans le cas de ma belle-mère, on n'a pas vu venir, elle était dans un coma, on entendais un râlement régulier et plus rien. Ce peut être très long le trépas, et si ça se passe en institution, c'est une chance d'être là quand la fin arrive.

    Je voudrais être là quand sera sera le tour de maman. Mais peut-être qu'elle en décidera autrement.

    Mon père est parti seul et ça m'a fait très mal parce qu'absolument personne n'était là. Je me console en me disant que c'est lui qui a voulu partir alors qu'il était seul. Il aura combattu seul, toute sa vie, jusqu'à la fin.

    Bises et tendres câlins.

    RépondreSupprimer
  30. Chère Grimimi,
    j'ai eu à prendre la douloureuse décision de faire débrancher mon père mais j'ai eu le bonheur de l'assister pour son grand départ et ça, ça met un baume sur notre peine déjà grande. Alors je compatis avec toi car je sais à quelle point tu aimais ta maman
    qui souffrait de problèmes de santé mentale comme mon papa... On pourra s'en reparler chère Grimimi... Je t'embrasse bien fort et j'aurai une belle pensée pour ta maman...

    Nanoulaterre xxx

    RépondreSupprimer
  31. Bonsoir Jane,
    J'ai encore beaucoup de colère et même de la haine contre ma soeur.
    Je ne crois pas que je pourrai un jour lui pardonner.

    J'ai lu ton billet et je te félicite... Je te l'avais offert et je savais que tu l'offrirais à d'autres mamans. Tu es généreuse de mots et de gestes.

    Ce soir, j'aimerais serré ma petite-fille dans mes bras et lui faire un gros câlin... Veux-tu être Mève pour quelques minutes?
    Tendresse et becs chinois.
    Grim

    RépondreSupprimer
  32. Bonsoir Gelisa,
    J'aimerais penser pardon et croire que tu as raison mais je n'ai peut-être pas encore assez grandie... ou simplement, je ne peux plus pardonner. Ce temps-là est passé.

    Un jour, ma psy m'a dit : « Si un jour, vous voulez reprendre contact avec votre soeur, vous devrez être prête à l'accepter comme si elle était une petite fille de quatre ans et vous sa mère. »
    J'ai accepté pendant soixante ans, avec des pauses de 1 à 4 ans et ça recommençait toujours. Cette fois, je resterai éloignée pour ma santé.

    Je me bats depuis bientôt cinq ans pour garder ma joie de vivre, ma tendresse et ma douceur mais je mêne aussi un autre combat celui de ne plus être écrasée par personne. Je veux retrouver la personne que j'étais destinée à être dès ma naissance parce je sais qu'elle en vaut la peine.

    Je te remercie de m'avoir offert ce cadeau en partage.
    Amitiés, tendresse et doux becs chinois.
    Sue

    RépondreSupprimer
  33. Bonsoir Nanou,
    Il y a des circonstances qui rendent la peine plus grande encore.
    Maman était âgée et souffrait de maladie mentale depuis 33 ans. Nous l'avons toujours bien entourée et la mort a sûrement été une délivrance pour elle...
    Mais je n'accepte pas d'avoir été exclue de ses derniers instants de vie.
    Je devrais oublier encore une fois. Non, pas ça!

    Merci pour ce cadeau d'emmmpathie.
    Amitiés, tendresse et becs chinois.

    RépondreSupprimer
  34. *** Un bisou déposé pendant ton sommeil ... à demain Grimimi ! :o) ***

    RépondreSupprimer
  35. Chère Nancy,
    Cette nuit un bel ange a déposé un petit bisou sur ma joue... C'était donc toi. Merci|
    Amitiés, tendresse et becs chinois.

    RépondreSupprimer
  36. *** Le mois d'août prend fin, que le temps passe vite ! J'espère que tu vas bien ces jours-ci Grimimi. Je t'embrasse et puisque tu dors au moment où je t'écris je te souhaite un doux sommeil ! Bises !!!! :o) ***

    RépondreSupprimer
  37. Dans le décès de mon père, la chose qui m,a le plus attristée est de n'avoir pas pu communiquer avec lui avant sa mort. Ses soeurs le veillaient et mon père aurait dit un truc du genre que ce n'était pas nécessaire de me '' déranger''. Me déranger ????
    Je ne l'ai jamais digéré non plus, j'avais fait un gros travail de réconciliation avec mon père ces dernières années (alcoolique ayant vraiment peu fait son travail de père) et voilà qu'on me privait de la dernière chance de lui dire des mots de tendresse, des mots de compréhension.
    Je l'écris alors que je suis sur l'ordi de ma soeur pendant mes vacances et les larmes me montent aux yeux encore malgré les 10 ans qui ont passé...

    Je te comprends Grimimi d'être fächée...

    RépondreSupprimer
  38. Bonjour Nancy,
    Tu as bien raison, le temps passe vite. Il faut en profiter car c'est pire en vieillissant...
    Vacances d'août remises à la mi-septembre. Normand a eu un problème de dent. 21 jours de traitement aux antibiotiques mais le dentiste n'a pu la sauver.

    J'aime beaucoup septembre. Moins chaud mais une très belle lumière.
    Je sortirai mes pinceaux et mes toiles...
    Merci pour ce gentil cadeau.
    Amitiés, tendresse et becs chinois.

    RépondreSupprimer
  39. Bonjour Éléonore,
    Je comprends ta douleur mais je ne comprendrai jamais les comportements de ceux et celles qui entourent la personne mourante...
    Au contraire, on devrait faire front commun, oublier nos ressentiments et dégager force, douceur et sérénité « sur ce chemin des derniers instants.» (paroles d'Herbert.)

    Je te remercie de m'avoir laissé un cadeau à partager.
    Amitiés, tendresse et becs chinois.

    RépondreSupprimer
  40. *** coucou Grimimi ! j'espère que les dents de Normand seront OK pour que vous puissiez partir tranquillement bientôt en vacances ! Tu as raison, le mois de septembre est souvent très agréable.
    GROS BISOUS !!!! :o) ***

    RépondreSupprimer
  41. b onjour
    un petit mot pour te demander comment tu vas,ou simplement prendre de tes nouvelles ,je sais que la souffrance est la et que rien ni personne ne peut la faire partir
    on dit que le temps l'adoucit cette souffrance et ce manque!!je ne sais pas et je ne peut croire qu'on oublie !!de souffrir en pensant à la disparition d'une maman
    moi ,c'est ma grand mère qui a remplacé la mère et chaque jour ,je pense à elle !!à ce qu'elle a fait pour nous!!
    je t'embrasse ,

    RépondreSupprimer
  42. Bonjour Nancy,
    Le petit coucou du matin du plus bel oiseau qui soit, c'est toi Nancy qui me l'apporte. Merci!
    Tendresse et doux becs chinois.

    RépondreSupprimer
  43. Bonjour Maguy,
    On ne peut jamais oublier nos parents où les personnes qui sont passées dans nos vies en déposant sur nous un regard bienvaillant. Les beaux souvenirs remplacent lentement les larmes... mais certains jours, c'est avec les larmes aux yeux qu'on pense à eux.

    Je te remercie d'avoir déposé tendrement un petit cadeau sur le rebord de ma fenêtre ouverte.
    Tendresse et becs chinois.
    Sue

    RépondreSupprimer
  44. *** UN BISOU déposé pour toi par ta fenêtre ouverte Grimimi ! :o) Bonne nuit ! :o) ***

    RépondreSupprimer
  45. Bonnjour Nancy,
    De doux becs chinois en échange de ton BISOU. Merci jolie Nancy!

    RépondreSupprimer
  46. *** Pendant ton sommeil je profite pour t'envoyer un nuage d'amitié ! Bises !!!! ***

    RépondreSupprimer
  47. bonjour
    ,je te remercie de toujours trouver le mot qu'il faut pour adoucir nos peines,mais je sais, que ce sont les gens qui ont beaucoup souffert qui comprennent le mieux la souffrance des autres
    bises à toi et toujours!!courage

    RépondreSupprimer
  48. Bonjour Nancy
    Je n'aime pas beaucoup les nuages, mais les tiens je les adore...
    Tendresse et becs chinois.

    RépondreSupprimer
  49. Bonjour Maguy,
    Tu es une personne très sensible qui a aussi connu des moments difficles dans sa vie. On peut comprendre l'autre et essayer de lui apporter un peu de réconfort.

    Je te remercie de le faire en me laissant de doux cadeaux par ma petite fenêtre ouverte.
    Tendresse et becs chinois.

    RépondreSupprimer
  50. tu me renvoye loin,le jour ou j ai trouvee ma mere de 42 ans maquillee et habillee pour sortir froide comme de la galce apres son suicide...

    RépondreSupprimer
  51. Bonsoir Audrey,
    Quelle tragédie... Mourir à 42 ans et laisser ce souvenir aux enfants.
    Ta maman devait souffrir beaucoup pour poser ce geste.
    Maman a raté son suicide au début de sa maladie mais elle était sortie se promener.

    Je te serre tendrement sur mon coeur en espérant que cette caresse te berce et te console.
    Tendresse et doux becs chinois.

    RépondreSupprimer

Ne partez pas... sans laisser une trace de votre passage.
MERCI !

Related Posts with Thumbnails