mardi 1 juin 2010

Blues... et repassage

Il fait chaud, surtout je ne m'en plaindrai pas... mais j'ai deux semaines de repassage à faire. Hier, on annonçait de la pluie pour aujourd'hui.  J'ai décidé d'attendre que le soleil se cache pour sortir la fameuse planche à repasser.  Il faisait frais, je me suis installée dans la salle de bains adjacente à la chambre principale là où je peux suspendre, dans les deux walk-in, les vêtements repassés.  Je choisissais les CD à mettre dans le lecteur pour rendre cette corvée plus agréable quand Normand est entré dans la chambre.  Il venait de terminer le lavage des vitres de la porte-fenêtre et il avait chaud.  Il m'a dit « Je vais partir l'air climatisé. »

Évidemment, il n'y a pas d'air climatisé dans la salle de bains alors je suis déménagée dans la cuisine pour profiter de cet air frais. Je ne sais pas si c'est la chaleur ou l'empathie, mais Normand m'a dit « Fait ça vite, ça se froisse tout de suite.»  Je suis incapable de repasser rapidement... et j'ai ajouté « C'est de la faute à maman.» Pauvre mère, c'est toujours de leur faute... J'avais déjà trois chemises suspendues, j'en attaquais une quatrième quand j'ai réalisé que mon hamster tournait dans sa cage... Comme tous les matins, en se levant, Normand avait allumé la radio de la cuisine à Planète Jazz.  C'est sûrement cette musique qui m'a transportée dans la maison de mon enfance.

Je n'ai pas encore dix ans, je suis dans la cour, la planche est installée, le fil passe par une petite fenêtre pour se brancher dans la cuisine d'été.  Aujourd'hui, maman a décidé que j'étais assez vieille pour commencer mon initiation au repassage.  C'est le début des vacances scolaires et j'avais d'autres projets avec mon amie Lise. Je ne suis pas d'accord, je veux aller jouer dehors mais maman me dit que je suis "dehors". Elle a sorti mon paquet bien enroulé dans une serviette. La veille, elle avait humecté le linge et séparé en trois paquets. Je les ai vues si souvent repasser.  Le lundi soir, après sa journée à l'usine de chaussures, sa belle-soeur Alice s'installait devant la planche et se chargeait de tout ce qui n'était pas chemises, blouses, robes, etc. ce paquet était réservé pour maman, le lendemain soir.

Tout en prenant l'air comme maman disait, je repassais les nappes, taies d'oreillers, linges à vaisselle.  Puis, quelques semaines plus tard, le degré de difficulté a augmenté. Je pouvais maintenant m'initier avec les vêtements de mes deux petites soeurs de quatre ans et deux ans et demi.  J'avais environ quatorze ans, quand je suis passée au plus haut niveau, c'est-à-dire, les chemises des trois hommes de la maison.

J'ai été entourée de femmes qui travaillaient du matin au soir, souvent sans reconnaissance et sans salaire. Quelques-unes devaient trimer dur pour élever leurs six ou huit enfants, ou quatorze comme la mère de mon amie Lise, même si elle n'avait pas encore quarante ans. Son mari est mort à quarante-deux ans après sa deuxième opération à coeur ouvert.  Dans plusieurs familles, il y avait souvent un budget serré à respecter mais il fallait que la caisse de bière rentre à chaque semaine pour le mari alcoolique qui méritait cette gâterie après avoir travaillé fort toute la journée. 

Ces femmes ont eu une vie de sacrifices et elles n'ont pas eu beaucoup d'autres choix.  Pas d'instruction, pas d'argent, pas de contraception, pas de bénédiction de l'église, pas d'encouragements. Elles étaient laissées à elles-mêmes avec le problème. Elles étaient des esclaves modernes.  Je crois que la raison a décidé pour moi.  Je ne voulais pas ressembler à ma mère ou à ses voisines, ses soeurs et belles-soeurs ou aux mères de mes amies... J'ai toujours été et je serai toujours pour la libération de la femme dans toutes ses formes.

34 commentaires:

  1. *** coucou Grimimi ! :o) Ah ! le repassage ! toute une histoire pour celles qui le font des années durant ! Je partage ton avis concernant la libération de la femme ! Il y a tant à dire et encore tant à faire dans certains pays !
    Mais avouons quand même que ça évolue et heureusement ! :o)
    GROS BISOUS à toi Grimimi !!! :o) Meilleures pensées ! :o) ***

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Oui pour la libération ,j'ai deux grand garçons , très tôt je leur ai montrer comment s'y prendre et ils repassent le linge , pour leur femme qui travaillent c'est une bonne aide pour les tâches ménagères.
    Bises et bonne journée.

    RépondreSupprimer
  3. MERCI,
    pour ce si charmant, MESSAGE,

    je vous lis avec attention,
    mais j'avoue, que les mots me manquent,
    pour commenter,
    vos billets si touchants (qui me touchent personnellement )
    Pour le repassage, un peu d'attente supplémentaire ne lui sera pas fatal,
    profiter, du temps qui passe,
    c'est tellement important......
    BONNE,
    excellente journée
    a vous,
    grosses bises affectueuses....

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour, Grimini.
    Il n'est plus posible que je ne reconnaisse pas ton style ni la conduite de ta pensée...
    Le premeir paragraphe impliquait ce retour vers le passé, et, avec délicatesse, tu dépeins une fresque sociale concernant le travail les femmes.
    Tu leur rends hommage...jusqu'au bouquet final: la libération de la femme...
    Merci beaucoup.
    Bonne journée.
    Je t'embrasse bien fort.

    RépondreSupprimer
  5. Malgré la chaleur de l'air que tu racontes, je trouve ton billet plein de fraîcheur...
    Bises épaminées!

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Grimini!
    Chez moi (j'ai honte)c'est le blues des blouses!
    Je ne repasse presque jamais et mes vêtements sont plissés comme moi.....
    J'espère que je n'ai pas froissé ta sensibilité....
    Calins!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  7. Votre billet est vraiment très bien !
    Je suis heureuse d'être femme en cet instant car nos ainées ont eu tent de mal !
    Merci de leur rendre hommage.
    DOUCY.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Nancy,
    Ton retour se fait remarquer. La première à commenter.

    Il y a encore tellement à faire pour aider les femmes même dans les pays développés. L'équité salariale, le partage des tâches, la violence conjugale et j'arrête car la liste est encore longue.

    Je te remercie Nancy pour ce cadeau laissé par ma petite fenêtre ouverte.
    Amitié et becs sue-crés xx

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Françoise,
    Tout changement positif pour la libération de la femme viendra d'abord, comme tu l'as fait, par l'éducation des garçons. Félicitations!

    Merci pour ton joli cadeau déposé par ma petite fenêtre ouverte.
    Amitié et becs sue-crés xx

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Claire,
    Heureusement, le temps nous apprend. Maintenant, je sais que je dois profiter des minutes qui ne reviendront plus...

    Je te remercie de cet affectueux cadeau offert si tendrement par ma fenêtre ouverte.
    Amitié et becs sue-crés xx

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour Herbert,
    Tu es mon seul lecteur masculin et aussi un ami fidèle bien accroché dans mon cadre-photo.

    Ton passage est attendu car il est toujours porteur de mots qui ouvrent mes ailes.

    Par ma petite fenêtre ouverte, tu m'as offert ta douce sensibilité, et ta poésie en cadeau. MERCI!

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour Epamin',
    J'ai reçu en cadeau, par ma petite fenêtre ouverte, un léger vent de fraîcheur et de douceur. Merci!
    Amitié et becs sue-crés xx

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour Claire Fo...,
    Je suis une hypersensible qui aime rire...
    Moi, j'écoute du blues en repassant pendant que tu as les blues tout court...
    Ça m'étonnerait beaucoup qu'une femme avec autant d'humour et de blog puisse avoir du temps pour ce luxe.

    Je te remercie de ce cadeau laissé par ma petite fenêtre ouverte.
    Amitié et becs sue-crés.

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour Doucy,
    Je vous souhaite la bienvenue pour cette première visite et j'espère vous revoir.

    On ne doit jamais oublier qu'il y a eu, avant nous, des femmes qui ont lutté durement pour obtenir des droits.

    Je vous remercie de m'avoir laissé en cadeau de tendres mots.
    Becs sue-crés et crème glacée.

    RépondreSupprimer
  15. Avec les vêtements d'aujourd'hui il n'y a plus grand choses que je repasse. Les luttes que des femmes ont faite pour nous faire progresser, méritent notre admiration et notre reconnaissance. Bises.

    RépondreSupprimer
  16. Bonsoir Solange,
    J'adore les vêtements en lin et en coton ce qui m'obligent à sortir la planche à repasser.

    Admiration et reconnaissance, deux mots qui ont perdu leur sens. Plusieurs jeunes femmes ne savent pas quelles ont été les luttes de leurs grands-mères et arrière-grands-mères pour obtenir certains droit, exemmple le droit de vote qu'elles méprisent.

    Ma fenêtre ouverte a laissé entré un joli cadeau très apprécié.
    Amitié et becs sue-crés xx

    RépondreSupprimer
  17. Normand ne repasse pas ses chemises???

    Aille, chère Sue!!!

    Bisous ensoleillés et joyeux, Zed ¦)

    RépondreSupprimer
  18. Chère Grimini,
    oj je n'avais pas vu ton nouveau post et je me retrouve tellement dans celui ci

    Pour commencer j'ai aussi 3 tonnes de repassage en retard, on devrait les faire ensemble en papotant ....

    j'ai aussi commencé tès tôt le repassage et le ménage, à dix ans aussi, élevé par ma grand-mère paternelle et mon père, celle ci était tjs derrière sa machine à coudre pour ses cleints, ce qui aidait à mettre du beurre dans les épinards, et moi après l'école, j'épluchais les légumes, je repassais, je passais le balai et faisais les poussières, je croyais que c'était normal mais je voyais bien que mon frère ne faisait rien....

    c'était c'est vrai, les femmes à la maison...et les petits enfants un peu esclaves
    j'adore ta façon de nous amener au passé au fil de la lecture

    je pense souvent à toi tu le sais Sue, avec tendresse et respect pour ce que tu fais pour tes petits...

    gros gros bisous
    Nanou

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour Gimimi, Je ne repasse pas...
    J'achète en conséquense...

    Je me souviens encore très bien de la journée ou Cocotte était chez Mémère, et lorsque Mémère a sortie le fer à repasser, Cocotte lui a demandé ce que c'était ????

    Elle avait possiblement 6 ou 7 ans !
    Ma Belle-Maman a tellement rit de la situation et de moi !?!

    Mais à quoi bon se donner tout ce trouble ?!?...

    Tout se frippe en embarquant dans la voiture de toute façon !!!

    :) :) ;)

    RépondreSupprimer
  20. Bonsoir Zed,
    Malheureusement! Il sait comment parce que je lui ai montré. D'ailleurs, il trouve ça facile mais ce doit être encore plus facile quand c'est moi qui tiens le fer. Pour sa défense, il contribue à 35% des tâches.

    C'est un peu comme Monsieur Net, c'est facile mais c'est madame qui tient la guenille.

    20h30, reçu appel de Jo, ne viendra pas demain "vendredi heureux", mais sera ici samedi à
    13h30, viendra en vélo...

    Merci pour ce très bel emballage contenant un mini cadeau arrivé par ma petite fenêtre ouverte.
    Je t'envoie un panier de becs sue-crés.

    RépondreSupprimer
  21. Bonjour Nanou (maminou)
    En écoutant du blues... mon fer glisse sur la planche et mon hamster roule dans ma tête.
    Résultat: sept pantalons en lin, cinq chemisiers en lin et deux en coton, quatre pyjamas et enfin trois chemises en coton et deux en lin pour monsieur... Trois heures plus tard, on accrochait tout ça.

    J'ai commencé très jeune à participer aux tâches ménagères. Nous étions neuf dans quatre pièces. Mes parents, deux frères aînés, deux jeunes soeurs, tante Alice et tante Victoria la cousine de maman qui était aveugle.

    Tout comme toi, les filles de cette époque n'avaient pas le choix
    surtout dans les familles nombreuses.

    En plus, maman était lente et très minutieuse, le repassage d'une chemise lui prenait vingt minutes... Je devais prendre le même temps qu'elle, sinon elle disait que je travaillais trop vite et que c'était mal fait...
    Il y a eu beaucoup de petits conflits... mais c'est oublié.

    Appel de Jo a 20h30 ce soir. Grand-maman, je ne viendrai pas demain mais samedi à 13h30 en vélo... J'ai hâte!

    Je te retourne, par ma petite fenêtre ouverte, un long ruban attaché à ton magnifique cadeau.
    Merci et mille becs sue-crés.

    RépondreSupprimer
  22. Bonsoir Dominique,
    J'ai bien ri de ton anecdote.

    D'ailleurs, maintenant, on donne de l'argent aux mariés. C'est plus intelligent que de recevoir des cadeaux que trop souvent on n'aimait pas... Vive les mariés!

    J'aime le lin et le coton... voilà!

    Amitié et becs sue-crés pour ce cadeau envoyé par ma petite fenêtre ouverte

    RépondreSupprimer
  23. *** une petite pensée amicale pour toi en passant par là Grimimi!
    BISES et bonne fin de semaine à toi et aux tiens ! :o) ***

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour Nancy,

    Montréal, P.Q. 5h27. Debout tôt. Normand se fait opéré dans un genou ce matin.

    C'est si touchant ces petites pensées amicales et ces bises du matin qui entrent par ma petite fenêtre ouverte. Merci!
    Amitié et becs sue-crés pour la journée xxx

    RépondreSupprimer
  25. Bonjour Grim :)
    Très touchant cette tranche de vie. Es-ce que je vous ai déjà dit que j'aimais beaucoup vous lire? Vous avez cette façon d'apporter les choses que j'apprécie!
    Bonne journée!
    xoxo
    -Jane

    RépondreSupprimer
  26. Bonjour Jane,
    Tu me touches beaucoup quand je lis
    tes billets, je te l'ai dit plus d'une fois et c'est vrai.
    J'ai dit aussi que tu étais un vrai coeur, que je voyais Mève en toi... et que je t'aimais gros comme xxxxxxxxxxx ça.
    Je n'avais dit que la vérité car je suis incapable de mentir.

    Par ma petite fenêtre ouverte, j'ai reçu, avec tendresse, un cadeau qui m'a émue. Merci!
    Becs sue-crés pour cette belle journée ensoleillée.

    RépondreSupprimer
  27. Alors, un heureux anniversaire aujourd'hui à Th et un samedi très heureux avec Jo, finalement!!! Super, tout cela.

    Zed et des bises aux surprises comme celle-là! ¦)

    RépondreSupprimer
  28. *** HELLO GRIMIMI ! :o) Comment vas-tu aujourd'hui ? Je te souhaite une belle journée :o) MERCI POUR TES GENTILS PASSAGES CHEZ MOI !!!!*** BISOUS BISOUS BISOUS ***

    RépondreSupprimer
  29. Bonsoir Zed,
    C'est très touchant ces voeux pour mes deux petit-fils.
    Je n'ai pas vu Th... mais je lui ai parlé hier soir. Aujourd'hui, il fêtait chez Darkzone avec neuf amis.
    Un après-midi de bonheur avec Jo mais j'ai reçu un appel de son père vers 18h30...
    Je suis en colère... plus que ça.

    Je te remercie pour ce tendre cadeau reçu par ma fenêtre ouverte.
    Amitié et becs sue-crés

    RépondreSupprimer
  30. Bonjour belle Nancy,
    Tu étais magnifique hier pour cette soirée mondaine...

    J'ai reçu Jo de 14h00 à 18h00. Il ne pouvait pas rester pour le souper mais ce fut une journée de bonheur après trois mois sans se voir.

    Merci pour ce petit cadeau laissé sur le bord de ma fenêtre ouverte.
    Amitié et becs sue-crés xx.

    RépondreSupprimer
  31. *** Hello Grimimi ! :o) un petit bonjour en ce dimanche !
    J'espère que l'opération du genou de Normand s'est bien passée ! Je vous envoie plein d'ondes positives et plein de bisous ! ***

    RépondreSupprimer
  32. Bonjour Nancy,
    Dimanche sous la pluie... mais c'est relaxant.
    Petite convalescence de quelques jours pour Normand. Tout va très bien il marche sans béquilles.

    Merci de ta gentillesse!
    Amitié et becs sue-crés aux fraises tagada.

    RépondreSupprimer
  33. Si tu es vraiment outrée, ne lui donne surtout pas la nourriture qu'il attend : ta colère. Verse-lui une bouteille de champagne à l'indifférence. Tout ce qui compte maintenant, c'est que tu aies vu Jo. J'ai hâte de savoir comment ça s'est passé entre VOUS, toi et Jo.

    Et à nous, tu pourras raconter, quand et si bon te semble, pour ne pas garder en toi ce qui te fait du mal.

    Il doit être en colère que tu aies réussi à voir Jo... Bien pratique un vélo! L'autonomie, « y'a rien comme ça! »

    Bises de papillons bleus minuscules, dimanche dernier chez moi. Bleuuuuu comme c'était impossible, tellement improbable, ici, en plein Montréal. Zed ¦)

    RépondreSupprimer
  34. Bonsoir Zed,
    Voir des papillons bleus... ce doit être si jolis par un beau dimanche.

    Voir RRRRRRRRROUGE tout court comme rouge alizarine, amarante, bordeaux, bourgogne, brique, brûlé, écarlate, feu, de Mars, pourpre, sang de boeuf, tomate et vermillon. C'est abominable si ce n'est pas sur une toile représentant un beau paysage.
    Depuis trente heures, je crois que j'ai passé toutes la palette des rouges qu'il y a en peinture... C'est comme ça que je me sens depuis 18h00 hier.
    Le billet va peut-être éteindre le feu. Quand tu l'auras lu, tu pourras me donner ton opinion.

    Merci chère psy Zed pour votre beau cadeau arrivé à point par ma petite fenêtre ouverte.
    Becs chinois rouge mandarin xx

    RépondreSupprimer

Ne partez pas... sans laisser une trace de votre passage.
MERCI !

Related Posts with Thumbnails