mardi 9 février 2010

Leçon de Vie...pour tous!

Une belle photo de maman à l'âge de 24 ans.

Ce soir, je retourne dans le passé, je regarde en arrière pour essayer de dompter la bête qui me guette et que je n'arrive pas à mater même si au long de ces années j'ai vraiment essayé. Je passerai peut-être une autre année au purgatoire pour sortir de cet enfer... mais impossible de me taire, je dois parler. Le silence de mon passé est responsable de l'angoisse du présent et de la peur du futur...

Née le 24 octobre 1912 et baptisée Armance, prénom rare sûrement dû à une erreur, maman s'est mariée avec mon père, Rosaire, le 24 juin 1937, elle avait 24 ans. Neuf mois plus tard, soit le 27 mars 1938, naissait son premier fils Georges, puis le 23 mars 1941, un autre fils Claude, le 12 août 1943, sa première fille Sue et Marcelle le 7 avril 1949 suivie de Denise 18 décembre 1950. Elle avait perdu un enfant entre moi et ma soeur Marcelle, mais maman n'a jamais parlé de ce deuil...

Comme je l'ai déjà écrit dans un autre billet, c'est en 1954 que mon père, après avoir perdu son emploi, a acquis un petit restaurant qui ne pourrait pas faire vivre une famille nombreuse. Mais la détermination, le travail, le courage et la participation de leurs enfants, leur ont permis de se créer un emploi. Tous les jours, de 07h00 à 23h00, sept jours semaine, ils étaient là à transpirer, à s'échiner, à calculer, pour tenter de joindre les deux bouts. Puis, petit à petit, le p'tit resto a subi de grosses transformations que maman regardait avec beaucoup d'appréhension.... Ils y avait maintenant pour recevoir et servir les clients, sept bancs, un long comptoir, un réfrigérateur, un poèle avec fourneau, un grille-pain, deux percolateurs, des poêles, de la vaisselle neuve, des tasses et j'en passe. Mais pour tout cela, il fallait aussi une cuisinière, une bonne cuisinière qui ferait des petits plats pas trop chers. Elle s'appelait Mandine, c'était comme ça qu'ils appelaient Armance, dans sa famille.

Maman était devenue la cuisinière particulière de certains clients qu'elle servait comme ses enfants. Des oeufs sans sel pour un, des toasts sans beurre pour l'autre, des sandwichs au rôti de porc frais sur pain croûté tartiné de gelée, du jambon cuit maison, une bonne soupe chaude c'est tellement réconfortant... Papa durant ce temps courait entre le poêle à hot dog et hamburger, et le réfrigérateur à l'autre bout. Il y avait les enfants, les étudiants, et les passants qu'il fallait aussi servir rapidement.

Bien sûr après ce dur labeur, il se sont payés un peu de douceur. Quelques voyages chez son frère en Floride. Après 15 ans, avec la pression de leurs enfants, ils fermaient le dimanche à 18h00 pour qu'enfin on puisse prendre un repas en famille. Les trois aînés, nous étions mariés et venions avec nos enfants tous les dimanches pour le souper familial que maman préparait dans la journée. Seize à table, faut le faire!

Mais personne ne peut passer sa vie à s'oublier simplement pour être toujours au service des autres... Le vendredi 9 février 1973, une journée froide mais ensoleillée, où tout se passait normalement, j'ai reçu un appel de papa vers 10h00. « Sue, viendrais-tu, ta mère ne va pas bien? » Mes deux fils de 8 et 11 ans, iraient dîner chez une amie, j'ai appelé à mon travail et j'ai pris l'autobus...Quand on a économisé toute sa vie, même les plus graves nouvelles ne nous incitent pas à la dépense. C'est fou, c'est tellement fou d'être prisonnier de ce petit peu d'argent. Tous nos rêves tiennent par ces économies volées au plaisir et à la luxure. C'est vers 10h45, que j'entrais dans le restaurant. Mon père servait des clients et m'a dit que maman était dans le logement derrière et qu'elle n'avait pas fait le café du matin pour la première fois depuis dix-neuf ans. Je l'ai vue en robe de chambre, assise dans la berçante. J'ai ramassé mon plus beau sourire pour lui dire « Bonjour maman, comment vas-tu? » Elle roulait sa robe de chambre de bas en haut et la déroulait pour recommencer. Elle a levé les yeux vers moi et m'a dit « Je suis folle! »

Le même soir, elle était installée chez nous. C'est dans mon lit qu'elle a voulu coucher... mais ça, c'était une grosse demande et comment refuser. Mon mari a changé de chambre et moi j'ai couché avec cette mère qui ne m'avait jamais cajoler, ni serrer sur son coeur, ni dit qu'elle m'aimait. Ce soir là, elle voulait me prendre dans ses bras, elle s'agrippait à moi comme une sangsue et moi je me sentais si mal, mais comment refuser ce que j'avais toujours recherché. Je ressentais même du dégoût dans ses rapprochements tardifs et en même temps elle était comme une enfant que je devais consoler. Je me raidissais et elle me flattait... et j'ai commencé à m'abandonner pour qu'elle se détende et s'endorme. Je ne sais plus si j'ai dormi cette nuit-là.

On a pensé à une dépression et après un long repos on se disait que tout deviendrait normal. Papa et mes deux soeurs ont liquidé le resto et sont venus s'installer avec nous pour deux mois. Ils ont loué le logement voisin du mien, sont partis chez le frère de ma mère pour un mois tandis que les deux frères et les trois soeurs peinturaient, lavaient, tapissaient, magasinaient de nouveaux meubles et décoraient pour leur retour, le dernier dimanche de mai.

C'est ce soir là qu'on a compris... que notre mère était vraiment très malade. Quand on a ouvert la porte pour l'accueillir, nous nous sommes regardés découragés. Mon père l'a remplacée comme ménagère. Elle ne touchait plus à rien et s'était emmurer dans son silence. Elle a été hospitalisée suite à une tentative de suicide, à sa sortie de l'hôpital c'est dans un hôpital psychiatrique qu'elle a fait son premier séjour. Mon père qui a toujours été bon, (bon mais pas parfait, un humain quoi) avec maman et ses enfants même s'il avait des tendances pour les homosexuels, est décédé en octobre 1977 à l'âge de 67 ans. Ma mère a été placé dans un centre pour personnes autonomes, puis pour personnes semi-autonomes Elle a fait durant 17 ans, sept séjours variant de 1 à 6 mois dans un hôpital psychiatrique. Les diagnostics de sa maladie sont les suivants : dépression psychotique, mélancolie d'involution, état dépressif presque stuporal, démence sénile et état confusionnel aigu... Il y a eu les périodes presque normales et les rechutes. De 1977 à 1993, ma soeur Marcelle et moi, chacune notre tour, sommes allées chercher notre mère le vendredi à 19h00 pour la ramener le dimanche à 21h00. De 93 à 98, nous étions quatre à se partager les sorties et en 1998 son état a empiré et chaque dimanche, il y en avait un de nous quatre qui la visitait Elle ne marchait plus, ne parlait plus, on devait la nourrir comme un bébé... Elle est décédée à 01h35, le 21 août 2006, à l'âge de 94 ans, après trois jours de difficultés respiratoires.

J'ai pris ma retraire à 60 ans, comme ma mère, après 20 ans comme agent immobilier. Je voulais profiter de la vie avec mon amoureux, ma famille, mes trois petits-enfants et mes amis/es. Ce soir, je regarde le passé qui m'a longtemps passé sous le nez, et depuis plus de quatre ans, je vois le futur passer ailleurs...


Pourquoi ce long billet... Merci de m'avoir lue!

53 commentaires:

  1. *** Coucou Grimimi ! ***

    Ne nous remercie pas de t'avoir lue.
    Je suis très émue après la lecture de ton récit. Le récit de ton enfance, de la vie difficile qu'ont eu tes parents (et toi aussi).
    Une vraie leçon de vie, oui comme le titre le dit si bien.
    Regarder en arrière c'est aussi un bon tremplin pour l'avenir.

    Je t'embrasse bien fort Grimimi et reçois toute mon amitié.

    RépondreSupprimer
  2. Triste et tragique. Personne ne devrait avoir à subir cela. Les maux de l'esprit sont très difficiles à soigner, encore plus à guérir. Y-a-t'il une leçon à cette histoire ? De prime abord j'en vois une seule : il faut VIVRE chaque jour comme s'il était le denier car on ne sait pas de quoi sera fait demain...

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Grimimi,

    Merci pour ce grand moment de vie si bien écrit. Comment rester insensible devant un tel récit. C'est un cri d'amour !

    Il ne faut rien regretter du passé mais en tirer des leçons. Essayer de vivre intensément toutes les joies, même petites, que nous offre le présent et espérer un futur meilleur.

    Ta maman était vraiment très belle Grimimi.

    À présent : Haut les coeurs !
    Souviens-toi des beaux moments de ce passé, enferme les plus sombres, à double tour, dans une malle de ton grenier. Regarde tout ce qui est beau en ce monde. La vie vaut la peine qu'on l'aime.

    Merci Grimimi pour ce profond et bouleversant témoignage.

    Je t'embrasse avec tout plein de becs chinois. ;-)

    x x x x x x x x x x x x x x x

    Et je t'envoie un énorme bouquet de pensées amicales. Do

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Nancy,

    Je te remercie d'être passée chez moi et d'avoir déposé par ma fenêtre ouverte ce beau cadeau d'amitié.

    Je n'oublierai pas « Regarder en arrière est aussi un bon tremplin pour l'avenir. »

    Belle journée à toi!
    Becs chinois xx Sue

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Emgee,

    Pour chacun la leçon pourra être différente.
    Mais VIVRE chaque jour comme s'il était le dernier...il est essentiel de s'en rappeler.

    Merci de ton passage et de ce petit cadeau déposé par ma fenêtre ouverte.
    Becs chinois XX pour vous deux! Sue

    Becs chinois Xx

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Do,

    Je retiendrai Ta leçon de vie.
    « Regarde tout ce qui est beau en ce monde. La vie vaut la peine qu'on l'aime. »

    J'ai attrapé cet énorme bouquet de pensées amicales et j'ai mis sous clé, en réserve, les nombreux becs chinois.
    Je t'envoie un Merci spécial rempli de tendresse et de joie. xxxxxxxxx Sue

    RépondreSupprimer
  7. Comme elle était belle, Armance!

    Et comme c'est parfois difficile de vivre...

    Le passé ne doit pas nous entraver mais nous éclairer;
    le présent doit se vivre intensément car il ne dure qu'un instant;
    le futur est entre le rêve et la réalité et à court, moyen et long terme, il faut tout envisager ...

    Conjuguer la vie, ce n'est pas simple mais la vie est si belle...

    Toutes mes pensées épaminées.

    RépondreSupprimer
  8. Il est des moments bien lourds où le passé nous agrippe et nous griffe....Mettre des mots sur sa souffrance s'avère alors être un vrai soulagement, un excellent remède. La vie est souvent bien bien difficile ! Il faut donc surtout bien profiter du meilleur pour supporter le plus lourd.

    RépondreSupprimer
  9. La démence...

    Pas facile...

    Comme tu dis, vivre chaque jour comme si c'était le dernier !

    xoxo

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Epamin',

    Maman était belle, mais elle était surtout d'une bonté et d'une générosité incroyable.

    La vie ne l'a pas épargnée... mais comme tout le monde elle a eu ses moments de petits et grands bonheur.

    Ton passage et tes bises épaminées transportent mon coeur vers le bonheur. Merci!

    Becs chinois Xx Sue

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour Josiane,

    Merci pour ta visite et tes bons mots.
    Tu as déposé, par ma fenêtre ouverte, ce beaau cadeau d'empathie que j'apprécie vraiment.

    Becs chinois xx

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour Dominique,

    Parfois, les petits mots des autres adoucissent nos blessures et se mêlent à nos petits bonheurs afin que notre vie soit plus sereine.

    Je te remercie d'avoir déposé ce petit cadeau à mon intention.
    Becs chinois Xx Sue

    RépondreSupprimer
  13. C'est un beau billet très émouvant, nous sommes formés de ce que nous avons vécu, se le rappeler nous aide à comprendre.

    RépondreSupprimer
  14. Bonsoir Solange,

    « Se rappeler nous aide à comprendre. » Tu as bien raison.
    J'espère que mes billets me guideront.

    Merci pour ce cadeau au goût de sagesse. Becs chinois xx Sue

    RépondreSupprimer
  15. *** Je viens te souhaiter un agréable mercredi Grimimi ! Je te remercie sincèrement pour tes mots chez moi ... GROS BISOUS à toi et aux tiens !!!!! ***

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour Nancy,
    Déjà mercredi...le temps fuit si rapidement, je cours me coucher.
    Becs chinois xx

    RépondreSupprimer
  17. bonjour Griminue Sue

    je comprend en lisant ton dernier post que tu as de sacrés similitudes avec moi...mis à aprt les contacts avec nos petits enfants...
    j'ai un autre blog que j'ouvre et ferme...très intime...j'y ai mis bcp de moi et un jour, j'ai tout effacé...je recommence doucement en privé avec les personnes qui veulent être encore près demoi....


    mais n même temps,moi je regarde enfin ce passé douloureux avec recul et les souffrances sont estompées...je les ai domptées...
    je t'en souhaite vraiment autant...il y a un âge ou l'on a grand droit au bonheur
    j'ai bien lu ton post...ta maman était très jolie

    RépondreSupprimer
  18. Grimimi, je te lis, je n'écris pas beaucoup, m'exprimer est souvent difficile avec la maladie, écrire aussi, mais je ressents... xox

    J'ai une de mes amies, qui a gardé sa mère avec son frère chez elle ( la maman ) jusqu'à sa mort, elle était à l'état d'un bébé, je l'ai vue se débattre avec le système pour avoir de l'aide, j'ai tellement de respect pour elle, je l'ai vu souffrir de la demence de sa mère, du deuil fait chaque jour...

    Aujourd'hui, je la vois avoir peur... Peur d'être elle même atteinte un jour de cette demence qui a affecté sa mère et sa grand-mère...

    Elle vit au jour le jour, elle vit tellement richement( je ne veux pas dire matériellement) sa vie avec ses enfants. Elle est belle à voir aller. Elle est heureuse, mais on dirait que depuis ma maladie, sa peur a augmenté, elle évite de me voir ou de me parler quand elle sent ou quand elle sait que je ne vais pas bien...

    Nous sommes amies depuis l'âge de 5 ans... Mais je l'aime et je la respecte avec les limitations...
    Je lui téléphone quand je vais bien...

    RépondreSupprimer
  19. Merci à toi de nous partager ce récit.....et toi qu'est-ce que tu en pense de tout cela ????

    ton histoire ma juste donnée envie d'en savoir plus...est-ce qu'elle eset devenu comme cela ou elle avait une maladie mentale latente ???

    et la fin de ton billet....est-ce que tu regrette quelque chose ou simplement tu voulais nous partager que la vie est fragile et qu'il faut savoir savourer chaque instant....

    c'est ma première visite et je suis p-t un peu trop curieuse .....

    si oui je comprendrais

    Diallo :)

    RépondreSupprimer
  20. Sue ...je pense à toi..à ta maman...à Borderline, aux gens bipolaires, à tes petits enfants ...ce soir...quand je pense avoir enfin des certitudes...je ne sais...finalement..plus que penser !!!

    est-on à jamais engluéee ! quand on dit en être sortie, dit-on la vérité ? même si on est en sûre !

    je ne sais plus....quand les gens que j'aime ne veulent entendre que mes rires et surtout pas mes larmes...je ne sais plus ou est la vérité et la capacité à aimer...ou la représentation !!!

    mais je ne veux surtout pas replonger...

    bellle soirée Sue

    RépondreSupprimer
  21. *** Coucou Grimimi ! j'ai relu ton récit qui nous parle de ta maman et est-ce que tu penses pas que la perte de son enfant et le silence fait autour de ce drame aurait pu amorcer dans un premier temps une grave dépression ?
    Je t'embrasse et quand je regarde sa photo je trouve ta maman très belle ! GROS BISOUS à toi Grimimi !!!! ***

    RépondreSupprimer
  22. DOUCE Sue
    combien de souffrances
    combien de non dits
    combien de douleurs
    combien de surprise
    j'ai un peu écrit en début du blog sur Alzheimer, sur la démence sénile et surtout sur l'homme amoindri et ses proches
    moi aussi j'ai vu Samson devenir agneau moi aussi j'ai vu le géant devenir nain c plus que mourir à petit feu mais écrire soulage un peu c ce que tu fais avec talent

    je t'embrasse si je ne viens plus souvent c la faute à l'ordi
    il est cassé

    RépondreSupprimer
  23. Bonjour Grimimi,
    Comment allez-vous?
    J'aime lire les tranches de votre vie. Votre mère semble avoir été une maman distante mais courageuse et travailleuse. La tournure des évènements sont triste mais on se rends compte de la grandeur de votre cœur!
    Attention à vous Grimimi!
    -Jane
    xoxo

    RépondreSupprimer
  24. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  25. Bonjour Nanou973,

    Je crois que tout ce passé me revient depuis que mes fils ont choisi le camp de leur père et l'héritage.
    Leurs conjointes en ont profité pour éloigner les enfants de moi.
    C'est cette blessure que je n'arrive pas à guérir.
    Mes deux fils avaient plus de 40 ans et nos relations étaient des plus cordiales.
    Comment comprendre?

    Merci d'avoir déposé ce cadeau de sollicitude et d'espoir par une petite fenêtre ouverte...
    Becs chinois xx Sue

    RépondreSupprimer
  26. Bonjour Dominique,

    Être dans la force de l'âge et atteinte d'une maladie chronique ne doit pas toujours être facile. Je te trouve très courageuse.

    Tu as la chance d'être bien entourée, ça ne guérit pas mais ça adoucit les douleurs morales.
    Ton Nounours, Dad, Sarah, le p'tit dernier et l'autre? sont des appuis très importants. Ils te remettent un peu de ce que tu leur as donné.

    J'avais une amie depuis l'âge de 8 ans. Son fils de 38 ans avait des problèmes de drogues et moi je vivais le deuil de mes enfants et petits-enfants. Elle trouvait sûrement que ce n'était pas bien grâve. On est passée de 3-4 appels par semaine à deux par année. Une longue pause m'était nécessaire.

    La fenêtre était ouverte, et tu as déposé ce cadeau. Merci!

    RépondreSupprimer
  27. Diallo,
    Bienvenue pour cette 1ère visite.

    Tu me demande ce que je pense de tout cela????
    Tu le sauras dans mon prochain billet car j'expliquerai certains détails.
    Je ne suis pas psychiatre et ceux qui l'on vue n'ont jamais parlé de cela.

    Partager pour me libérer
    Savoir savourer chaque instant.

    Je ne crois pas qu'il existe un monde idéal où on peut savourer chaque instant...

    Merci d'avoir déposé ce cadeau par ma fenêtre ouverte.

    RépondreSupprimer
  28. Nanoue973,

    Je comprends certains de tes questionnements. Si c'était possible de mettre le bouton à OFF certains jours je le mettrais et toi aussi j'imagine.

    Je suis d'une nature gaie, riante, j'ai un conjoint qui m'aime et que j'aime, mais cela ne m'empêche pas d'avoir des moments de tristesse et parfois des vides immenses...
    Où sont mes enfants et leurs enfants, où est ma VIE de famille à laquelle j'ai droit... Depuis que je suis allée en thérapie, j'ai appris à respecter ma nature profonde et si cela ne plaît pas aux autres, je m'en balance. Ma mère a été à genoux toute sa vie devant tout le monde, je ne l'ai jamais vu pleurer, sauf dans les dernières années de sa vie. Malheureusement, c'était trop tard
    parce qu'elle ne pouvait plus communiquer.

    Merci Nanou d'avoir déposé dans une petite fenêtre ouverte, ce cadeau qui a permis cette échange.
    Becs chinois xx Sue

    RépondreSupprimer
  29. Bonjour Nancy,

    Tu as sûrement raison. Ce silence m'a toujours interpellé.

    La semaine prochaine, j'écrirai un billet pour expliquer certains détails et appronfondir des comportements.
    Vendredi je publierai une photo d'une chose qui se trouve dans ma salle de bains.
    Je me repose aujourd'hui, j'ai fait une gastro.
    Th l'avait samedi et dimanche, je l'ai gardé lundi...il m'a laissé un cadeau en passant.

    Merci Nancy d'avoir déposé ce cadeau par la fenêtre ouverte.
    Pas de becs chinois pour éviter la contagion. hihihi Sue

    RépondreSupprimer
  30. comme je te comprend toi et tes blessures

    mais ce n'est jamais facile quand ces blessures renvoient aux nôtres n'est ce pas Sue ?

    moi aussi je suis très aimée, entourée..et pourtant un grain de sable peut tout enrayer..je doute tant de l'amour des autres...mais j'avance à pas de géant.

    j'ai résolu tant de choses avec ma famille;...qui semblaient insolubles...

    pourrai je trouver un chemin pour t'aider ???
    je suis là ! et j'en connais un grand rayon dans ces domaines...
    bisou...douceur ...sourire !

    RépondreSupprimer
  31. Bonjour Lilia,

    J'avais lu le billet et des commentaires sur la maladie.
    Cette maladie qui a tout pris, notre mère à 60 ans, notre père à 67 ans, ma jeune soeur qui n'acceptait pas de voir sa mère dans cet état et que l'on a à peine revu depuis 23 ans, qui n'est pas venu au salon mortuaire, tous nos petits bonheurs avec un goût amer, même sa mort a été tragique pour les survivants...

    Je te remercie chère Lilia d'avoir déposé ce gros cadeau d'amitié par une petite fenêtre ouverte.
    Becs chinois xx

    RépondreSupprimer
  32. Jane,

    Oui, elle était distante et froide surtout avec ses 3 filles. Elle était bonne et généreuse pour offrir l'hospitalité mais ne savait pas comment consoler un enfant...

    Venant de toi, ma petite fille, ce cadeau déposé sur le rebord de ma fenêtre ouverte, est de la pure soie pour mon coeur. MERCI!
    Becs chinois à toi et à J. Xx

    RépondreSupprimer
  33. Maminou,

    C'est tellement gentil de ta part.
    Le destin m'a menée sur ton chemin et tu m'offres ton aide. Merci!

    J'ai consulté une psychologue pendant un an, elle m'a beaucoup aidée à me sortir la tête de l'eau. La lecture et quelques changements ont fait le reste...
    Je suis parfois sur la même route sinueuse mais je vois beaucoup de Lumière,
    Je ne veux pas laisser cet héritage à mes trois merveilleux petits-enfants.

    Par ma fenêtre ouverte, tu as déposé un cadeau sans prix.
    Becs chinois xx

    RépondreSupprimer
  34. *** Bonne journée à toi Grimimi. J'espère que cette gastro ne t'a pas trop fatiguée ! Je t'embrasse bien fort et merci pour tes réponses toujours écrites avec le cœur, ça se ressent. :o) Bises amicales ! :o) ***

    RépondreSupprimer
  35. Merci de m'avoir répondu et j'attends la suite avec impatience

    bonne journée

    RépondreSupprimer
  36. Bonjour Nancy,
    Oui ça va mieux. Je garde Merlin le petit Workshire de Th qui est en tournoi de hockey à La Tuque pour 3 jours.
    M. son père, me l'a apporté hier soir. Lui aussi a eu droit à une gastro, cadeau de Th.

    Merci pour ton gentil cadeau!
    Becs chinois xx

    RépondreSupprimer
  37. Diallo,
    Pour moi, chaque commentaire, laissé par ma fenêtre ouverte, est un cadeau qui mérite un Merci.
    Bon W-E Sue

    RépondreSupprimer
  38. Bonjour Grimini,
    Je finis tout juste la lecture de ton envoi. C'est à moi de te remercier. Ton histoire me bouleverse au-delà de tout. Je sais combien il est torturant de voir se défaire un proche que l'on a aimé! Je comprends. Je ne peux que te faire un super long maxi câlin de presque soeur.
    La vie est aussi belle que difficile!

    RépondreSupprimer
  39. Bonsoir Marico,

    Tu es une femme si douce et humaine. C'est avec une grande émotion que j'accepte ton super maxi câlin de presque soeur.

    Tu as écris « Je sais combien c'est torturant.....Je comprends »
    Je devine que tu as vécu ce chemin sinueux... Ai-je raison?

    Ce cadeau offert avec tant de compassion me touche profondément.
    Je veux te remercier pour l'avoir déposé doucement sur le bord de ma fenêtre ouverte.
    Becs chinois à l'infini xxxxxxxxxx
    Sue

    RépondreSupprimer
  40. La photo est vraiment superbe...

    La vie de ta mère ressemble à celle de bien des femmes de son époque. Les petites pilules pour dormir faisaient sensation pour oublier les malheurs, le devoir conjugal rempli sans plaisir, avec la peur de devenir encore et encore enceinte, puisqu'il fallait obéir à cette maudite église catholique comme d'autres croyances et religions prennent encore de nos jours les femmes pour des manufactures à bébés.

    Ta mère, ne crois-tu pas, devait certainement se douter de l'orientation sexuelle de ton père et ne devait pas se sentir très désirée, sans doute. Comment cajoler ces enfants, qui arrivaient l'un derrière l'autre, nous enlevaient notre vie, notre corps, nos rêves... mouraient, avant ou peu après la naissance, ce qui était considéré normal (en effet, c'était la norme statistique).

    Sue, je ne crois pas que l'on puisse accuser le passé. Responsable de bien des choses, sans doute, mais une fois adulte, je crois qu'il appartient à chaque personne de composer d'une manière ou d'une autre, le mieux possible, avec sa vie. Le passé, on ne peut le changer. Mais notre vie, elle, nous appartient et est bien trop courte pour la vivre avec un rétroviseur devant les yeux.

    Et ne trouves-tu pas que c'est une belle distraction pour courageusement, ce que tu fais, entre prendre de construire sa vie, de SE construire?

    Il est, dit-on, plus facile de vivre continuellement dans les souffrances connues que d'affronter qui on est et de défaire ses vieilles habitudes pour se transformer. C'est bien ce que tu réussis de mieux en mieux à faire, chère Sue. À continuer!

    Amitiés, Zed ¦)

    RépondreSupprimer
  41. Ma très chère amie Zed,

    Ce 9 février 1973 est pour moi ce que le 11 septembre 2001 est pour d'autres.
    Maman était solide comme les deux tours du World Trade Center.
    Elle n'a jamais pris de médicaments ou de boisson, je ne l'ai jamais vu se coucher pour prendre du repos, sauf deux jours parce qu'elle s'était ébouillantée une jambe avec le silex de café...
    Elle ne se plaignait jamais du travail. Elle était presque une sainte et j'ai toujours dit à ma soeur que je ne voulais pas lui ressembler avec toutes ces qualités. Je voulais être moi et je choisirais ce qui me plaîrait.

    Elle était en désaccord avec mon mariage à 17 ans, mais quand j'ai voulu poursuivre mes études après ma 9ème année, elle m'a dit que pour laver des couches et des planchers, je n'avais pas besoin d'instruction. La pension payée serait la bienvenue...

    Tu es la première à aborder la sexualité de mon père. Depuis que j'ai écrit ce billet, je suis toujours intriguée de ne pas voir ce sujet dans les com. La gêne ou le malaise ont empêché les gens de parler de ce sujet encore tabou.

    La semaine prochaine je ferai un autre billet pour expliquer certains détails et appronfondir certains comportements.

    Je te remercie sincèrement de m'avoir offert par une simple fenêtre ouverte ce gros cadeau emballé dans la sagesse et la tendre amitié.
    Juste pour toi, je t'envoie un cadeau de de 1,000 becs esquimaux.

    On va s'user le bout du nez. hihihi
    Sue xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    Cette semaine, j'ai lu la réponse à mon com du début d'année et voilà pour les becs esquimaux.

    RépondreSupprimer
  42. je continue à venir te lire que de coincidences, de similitudes

    il ne m'est pas facilde d'apporter des commentaires sur des sujets encore si durs à digérer pour moi

    je t'admire d'écrire et de povoir vider ce que tu as en toi

    enfin admirer n'est pas le mot car mon blog intime n'était que çà j'ai pu enfin ecrire de ma naissance à mes douze ans et puis tout s'est arrêté net, du jour au lendemain alors que j'étais enfin "sur les rails" !!!

    je reprend peu à peu son écriture et ainsi je me rend compte à quel point tout ce qui m'avait détruite m'a rendue forte et aimante aujourd'hui, rien n'est jamais pour rien, tu seras récompensée de tout un jour Sue et tes petits qui vont grandir te rendront au centuple ton amour sois en certaine

    un gros bisou Sue

    RépondreSupprimer
  43. Maminou,
    Tes visites me sont précieuses et je t'en remercie.

    En lisant quelques billets sur ton site, j'avais ressenti une émotion qui était juste...

    Je ne sais pas au juste où ce regard va me mener mais je crois qu'il est essentiel pour m'enrichir, d'éclaircir mon passé.

    Nanou, tu m'as laissé par une simple petite fenêtre ouverte plusieurs cadeaux emballée dans la richesse des mots. Espoir et Amour. Je ne peux que te remercier de cette bienvaillance.
    Becs chinois xx Sue

    RépondreSupprimer
  44. un blog tres agréable, qui nous ramène à l'essentiel, l'Amour Gratitude pour ses partages, et beau week end

    RépondreSupprimer
  45. Bonsoir Mahé et Bienvenue!

    C'est avec joie que je vois ton nom pour la première fois.
    J'espère que mon humble blog te permettra de trouver ce que tu recherches.

    Je te remercie d'avoir déposé un cadeau par ma petite fenêtre ouverte

    RépondreSupprimer
  46. Bonjour, Sue.
    C'est la première fois que je viens ici et c'est pour partager un moment douloureux et très intime.
    Le retour vers l'autre fois n'est pas, ensoi, difficile, mais, ce qui l'est, c'est de ne plus pouvoir le changer.
    Mais il permet de faire autrement pour ceux qui tiennent de l'avenir.
    Quoiqu'il en soit,j'arrive au moment où tu te découvres avec tant de sincérrité que j'en suis ému.
    Merci beaucoup.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  47. Bonjour Herbert,

    Cette petite photo passée par ma fenêtre ouverte, je ne l'ai jamais espérée mais comme j'en suis fière...
    Un grand maître des mots et du savoir dans l'entourage d'une grimimi, si maman voyait cela...

    Une vie avec ses qualités et ses défauts c'est une oeuvre qu'on ne devrait jamais cachée. C'est une musique qui chante selon les émotions du chef d'orchestre.

    Je te remercie Herbert, je n'ai même pas eu à sortir le tapis rouge. Ce cadeau déposé gentiment par ma fenêtre ouverte m'a permis de découvrir que tout les jours j'avance à petits pas grâce à ce blog.
    Merci 1000 fois et Becs chinois xx Sue

    RépondreSupprimer
  48. Grimmimi,
    je suis très émue par ton vécu. Tu sais, comme je me sens proche aussi de tout ça, ayant eu un papa bipolaire. C'est extrêmement douloureux pour l'entourage de voir une personne qu'on aime dépérir ainsi, comme je peux comprendre la souffrance que tu as dû vivre...

    RépondreSupprimer
  49. Bonsoir Nanou,
    Tu le dis si bien! C'est extrêmement douloureux pour l'entourage... Cette souffrance à l'intérieur je n'avais pas le temps de m'en occuper. Mais maintenant, j'ai parfois de la difficulté à la gérer. Il y a trop de couches...

    Comment accepter tout ça. Papa après 4 infarctus est mort subitement. Maman, du jour au lendemain, est passée de maîtresse de maison accomplie à petit poisson rouge. 33 ans de sa vie sans autonomie, perdues ou presque. Huit ans avec une couche, et une plaie de lit pendant 17 mois qui la mangeait par l'intérieur. Où est Dieu!
    Elle économisait ses cents noires pour les remettre à l'Oratoire St-Joseph. Le dimanche de Pâques on assistait à la messe en famille et maman apportait ses cents amassées toute l'année. Pourquoi a-t-elle porté tant de croix.
    Nous sommes cinq enfants et depuis son décès en 2006, personne ne se parle, même plus un mot.
    Si je n'avais pas mes 2 petits-fils et Normand qu'est-ce qui serait si intéressant et passionnant dans cette vie.
    Où est "Ma Puce" qui aura 13 ans en juillet? Le temps passe si vite.

    Je m'accroche comme toi Nanou. Je sais que l'on a pas le choix et on doit espèrer. Je veux trouver la paix et j'y arriverai mais il me reste encore un long chemin à parcourir.

    Par ma petite fenêtre ouverte tu m'a offert un cadeau et par le même chemin je t'envoie un long ruban.
    Becs chinois sue-crés au miel doré.
    Sue xx

    RépondreSupprimer
  50. Grimmimi,
    Dieu est toujours là, à l'intérieur de nous. Il est espérance. Ne jamais perdre la foi...

    L'acceptation et le dépassement de tout ça, un jour à la fois. L'exercice, la douce brise et le vent frais de chaque matin,l'amour que l'on porte à l'intérieur de nous, voila le secret...

    RépondreSupprimer
  51. Bonjour Nanou,

    Mon Ange que je prie tous les soirs a exaucé ma prière et fait revenir Th. Je ne peux lui demander de tout réglé en même temps, il est sûrement sollicité ailleurs...

    Nanou, l'amour que l'on porte à l'intérieur de soi et qu'on voudrait tant donner à ceux que l'on aime... nous étouffe parfois.
    Tes mots sont sages, tendres et doux, je sais que tu as raison, que c'est le secret.

    Merci pour ce beau cadeau déposé par ma petite fenêtre ouverte.
    Becs chinois xx saupoudrés de brisures de chocolat.
    Je t'aime gros comme xxxxxxxxxx ça
    Sue

    RépondreSupprimer
  52. Si ça continue je vais devenir une grosse patate en chocolat avec tous ces becs sucrés que tu m'envoies!

    Nanou xxxx

    RépondreSupprimer
  53. Nanou,
    Les prochains seront diètes comme ceux-là.
    Becs chinois xx sue-crés...diètes.
    Bonne nuit et bons rêves...
    Sue

    RépondreSupprimer

Ne partez pas... sans laisser une trace de votre passage.
MERCI !

Related Posts with Thumbnails