samedi 12 décembre 2009

Le Processus du Phénix


À vous toutes qui m'avez laissé un commentaire, un jour ou l'autre, depuis la mi-septembre, je vous dis un gros MERCI! C'est vraiment du bonbon, enrobé de miel et de chocolat, que tous ces commentaires laissés, avec tendresse et générosité, à une pure inconnue. Ça me touche, en même temps je souffre. Peut-être que j'analyse trop. Peut-être est-ce pour cette raison que mes enfants ont agi de cette façon.

Mon expérience personnelle de grand-maman, empêchée de voir mes petits-enfants par mes propres enfants ou leur conjointe, m'a fait croire que le temps n'avait rien arrangé ou si peu. J'ai reçu des commentaires variés et de bons arguments sur "Le temps arrange les choses" ou d'autres sur "Le temps n'arrange rien". Il y avait aussi des mots qui ouvraient la porte à l'espoir, c'est sur ce mot que j'ai accroché et réfléchi. Parce que sans espoir il n'y aurait plus de futur.

Phénix: oiseau mythique au plumage d'or dont l'histoire a été racontée à travers les âges. Les Égyptiens appelaient cet oiseau le Phénix et ils croyaient qu'à tous les cinq cents ans, l'oiseau renouvelait sa quête pour trouver son soi véritable. Sachant qu'une nouvelle vie ne pouvait être trouvée qu'à travers la mort de ses vieilles habitudes, de ses défenses et de ses croyances, le Phénix a construit un nid avec de la cannelle et de la myrrhe, il y a mis le feu pour le transformer en bûcher et il s'est brûlé jusqu'à tomber en cendres. Ensuite, un être nouveau a émergé des cendres, fusion de ce qu'il avait été auparavant et de ce qu'il était devenu: un nouvel oiseau, mais encore plus proche de lui-même, un oiseau transformé.

Lorsque nous descendons jusqu'aux tréfonds d'une perte et que nous demeurons patiemment dans l'obscurité avec un coeur ouvert, nous pouvons revenir en portant avec nous la douceur de la vie. Quand nous n'avons plus rien à perdre, nous trouvons le vrai soi. Le soi qui n'a plus besoin des autres pour le définir ou le compléter et qui ne cherche plus que des compagnons pour le voyage.
C'est ainsi qu'on accède à une vie pleine de sens et d'espoir, une vie où l'on accède au bonheur réel et à la paix intérieure.

Parfois, on prend conscience que ce qui doit brûler et périr, c'est la PEUR. La peur de notre propre pouvoir, la peur du changement, la peur de la perte, la peur des autres. On peut aussi exprimer autre chose: l'absence de sensation, un cynisme invalidant, l'expérience de la honte ou de la colère.

Pour plusieurs femmes, le Processus du Phénix, commence lorsqu'elles s'avouent à elles-mêmes qu'elles sont lasses de faire des choses dans le but de plaire aux autres. Maintenant, que j'ai les outils nécessaires, feront- ils de moi une personne capable de relever tous ces défis? J'essayerai sérieusement, je sais qu'il y aura des rechutes mais je me relèverai. Je ferai trois pas en avant et peut-être deux en arrière. C'est quand même un pas dans la bonne direction.
C'est avec vos mots
que j'apprendrai à rebondir
malgré une certaine fragilité

17 commentaires:

  1. Bravo, Grimimi!
    Bravo pour ce billet de lumière et d'espoir, pour ces mots douloureux, certes, mais qui ouvrent des portes, qui remettent des couleurs d'aquarelles sur ton horizon, qui dessinent des arcs-en-ciel dans tes matins grisâtres et qui t'emportent vers une vie plus sereine.

    Aucune perte jamais ne se comble,
    aucun chagrin jamais ne s'oublie,
    mais les espaces vides, peu à peu, s'estompent
    et l'on apprend à faire autrement sa vie.

    De tout cœur avec toi pour le renouveau du phœnix!

    RépondreSupprimer
  2. Epamin,
    Ce matin je me sentais un peu moins courageuse, déjà. Tout semble si facile... mais pourtant.

    À la vue de tous ces mots, ma gorge se noue, je bois ce nectar et je reprends force.
    Je t'embrasse et te remercie!

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Sue,
    Je me retrouve dans tes mots, j'analyse tout le temps, je pense trop, j'observe les autres, je les écoute et je me sens de moins en moins à ma place dans ce monde. Je suis plutôt affublée d'une personnalité mélancolique et triste. J'ai du m'endeuiller un nombre de fois incalculable au stade de me retrouver face à mon point de rupture...
    Je continue à marcher, à observer, à écouter le monde respirer et je me dis qu'il est bien heureux de ne pas savoir ce que c'est d'avoir glisser dans les limbes. Quand on a vecu des moments douloureux dans sa vie, notre âme change, elle respecte plus la vie, elle est plus compatissante, plus sensible envers les malheureux, mais elle est aussi plus solitaire. Renaitre de ses cendres à un prix ... Sue, renait de tes cendres, bataille autant que tu le peux. Ta cause est juste et je trouve cela injuste de refuser à sa chair de voir ses grands parents sous un pseudo pretexte. Un jour tes fils vont vieillir et je souhaite de tout coeur qu'ils vont acquérir de la sagesse.

    Je t'embrasse très fort Sue.
    Que dieu te garde ainsi que tes proches.

    RépondreSupprimer
  4. Enfer noir,
    En ce moment de l'année, j'ai simplement le goût d'oublier tout ce que mes deux fils et leur famille ont déjà représenté pour moi.
    M..., mon fils de 47 ans, m'a dit, il y a 3 ans, m'man t'analyses trop, tu regardes dans le microscope pour grossir la petite bibite 1,000,000 de fois.
    Si parler du sel et du poivre c'est ce qui l'intéresse, moi je ne suis plus capable.
    Je t'embrasse chère Enfer noir et je comprends ta douleur. Prends soin de toi et reviens parler avec moi. Merci!

    RépondreSupprimer
  5. C'est un billet encourageant, c'est certain qu'il y aura des hauts et des bas la vie est ainsi faite.Mais c'est la bonne attitude à prendre.Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
  6. Solange,
    Merci de ton passage et de m'avoir laissé ce message d'encouragement.

    RépondreSupprimer
  7. j'arrive avec ms mots mais tout a été dit chez notre sage Epamin, tendre Solange et ma belle Enfer Noir
    juste un mot ,je suis fière de t'avoir comme amie tu embaumes la bonté et l'amour ...
    LE reste n'est qu'affaire de temps

    RépondreSupprimer
  8. Lilia,
    Un seul mot et le plus beau AMIE. Merci pour toutes tes visites, tes mots touchants et toujours réfléchis et cette confiance que tu as en moi.
    Je t'embrasse et te serre dans mes bras.

    RépondreSupprimer
  9. Tu as bien raison il faut de l'espoir et il faut surtout ne pas s'oublier.
    Prenez soin de vous Sue et bonne journée!

    RépondreSupprimer
  10. Jane,
    Je suis contente quand je vois ton nom. Une jeune maman chez Grimimi.
    Ton fils doit commencer à être pas mal excité. Qu'est-ce-qu'il veut pour Noël près la guitare qu'il a reçue à sa fête?
    Merci de ton cadeau et de ton gentil mot.
    Tu es ma petite fille...

    RépondreSupprimer
  11. En effet, il commence à avoir très très hâte :) Il déchire frénétiquement à tout les matins les chiffres du décompte de Noël.
    Le p'tit voulait un lapin, un nœud papillon jaune, une couverte jaune, un nez de clown... il me fait toujours pleins de demande farfelue :) Mais surtout il veux son lit de grand et c'est se qu'il aura :)
    J'aime bien venir chez toi, dans ton monde, c'est chaleureux et inspirant!
    Vous m'avez beaucoup touché avec votre dernière phrase laissé en suspend... vous savez, si j'étais votre petite fille, je vous serais dévoué!
    Beau lundi ma chère Sue :)

    RépondreSupprimer
  12. Chère Jane,
    Il aura son lit de grand garçon et sera très fier. Tu es une maman si touchante dans tes mots quand tu parles de ton enfant.
    Je ne voudrais surtout pas te dire quoi faire, mais offre lui un petit cadeau pour son imaginaire...
    Je t'embrasse petite fille, et ton p'tit loup. Xx

    RépondreSupprimer
  13. Sage conseille :)
    En effet, il a certain cadeaux qui accompagne son gros cadeau. Certains jouets, un pj, casse-têtes, jeux de société, tambour et des livres... l'essence même de la plupart de ses jeux "play pretend". Combien de fois a-t-il joué à Hansel et Gretel ou au Petit Chaperon Rouge ou autre histoires diverse qui trône dans la bibliothèque de sa chambre mais aussi un peu partout dans l'apaprtement.
    On s'entend aussi qu'il ne faut pas grand chose à un enfant pour tomber dans l'imaginaire:)
    Merci encore et je vous souhaite une bonne nuit! :)
    xx

    RépondreSupprimer
  14. Grimimi si analyser trop est un défaut et bien nous sommes deux...

    Je n'ai toujours pas dénoué l'écheveau de toutes ton histoire, mais je me dis que ses parents là qui privent leurs enfants des trésors de tendresse que tu possèdes font des drôles de choix...

    Il ya des choses sur laquelles ont a du pouvoir et d'autres non, c'est sur les premières qu'il faut bâtir notre sérénité.

    Je suis sans doute trop curieuse, surement parce que je me suis investie dans la lecture de ton blog (ayant commencé par la fin et remontant peu à peu) mais je n,ai pu m'empêcher de me demander comment le père de tes fils vivaient cela ?

    Je te souhaite de trouver la sérénité dans toute cette histoire.

    Tu sais, moi être ta petite-fille, je finirais par me demander qui donc est-ce cette grand-mère.

    Je te souhaite de joyeuses fêtes car pour toi même et ton amoureux, tu dois trouver des raisons de te réjouir ♥♥♥

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour Grimimi,

    C'est la sagesse qui t'inspire dans ce billet. J'aimerais écrire un peu plus mais j'ai tout juste le temps de faire quelque lectures.
    Bises et prends bien soin de toi

    RépondreSupprimer
  16. Chère Éléonore,
    Les raisons de me réjouir sont nombreuses. Un Amoureux et ami fidèle, quelques amies sincères que j'ai choisies de garder, de bons livres et leur compagnie, la santé dont on ne peut se passer et surtout la découverte, à chaque jour, de mon moi authentique.

    - Les parents, c'est-à-dire mes enfants, sont 2 tapis qui veulent la paix. Ils ont choisi, ils vivront avec leur décision.
    - Le père de mes fils, doit mettre de l'huile sur le feu et l'héritage en jeu... C'est un marchand de haine qui n'a jamais accepté que je sois partie.

    Mon extraordinaire petite-fille me connaît très bien, mieux que certains adultes. D'ailleurs, je crains que le mal soit venu de cela.
    Merci de ton passage et de ton intérêt.

    RépondreSupprimer
  17. Gelisa,
    Merci de ton passage et d'avoir pris le temps de déposer ce cadeau.

    La lecture... cette amie fidèle me manque par moment. En 2010, j'y reviendrai plus régulièrement...

    Bises et bonnes lectures!

    RépondreSupprimer

Ne partez pas... sans laisser une trace de votre passage.
MERCI !

Related Posts with Thumbnails