mardi 1 décembre 2009

La ménagerie de peluches...


Roudoudou et "Ma Puce" 30-12-2004

Tout avait recommencé, en décembre 2000, dans cette maison nouvellement construite. Il leur avait fallu, durant ces quatre derniers mois, mettre souvent de l'eau dans leur vin. Mais la décision d'entreprendre, à leur âge, la construction d'une maison avait-elle été raisonnable? Car, ils savaient qu'ils rencontreraient leur lot de petites difficultés. Cela avait pris beaucoup de détermination, de patience, de courage et surtout d'amour pour enfin voir les résultats. Les derniers jours avaient été très éprouvants mais l'emménagement était prévu pour le 22 décembre. Enfin, c'était presque la fin! Après avoir perdu 15 livres chacun, ils étaient si fiers d'avoir réussi ce projet commun.

Vers midi le 22, le camion était arrivé avec leurs meubles récupérés dans la maison qu'ils louaient, le temps de la construction, et dans le garage d'un ami. À 23h00, le même jour, la nouvelle maison était méconnaissable. Vers cette heure-là, l'amoureux épuisé, était allé se coucher et les avait laissées se raconter leurs confidences tout en vidant, une par une, les boîtes empilées. Une musique douce accompagnait les deux soeurs qui, en duo, avait fait des miracles. La cadette, Marcelle, arrivée la veille, passait chez sa soeur ses trois semaines de vacances des Fêtes, depuis qu'elle s'était installlée dans un petit patelin tranquille jusqu'à sa retraite, dans trois ans. Il en avait fallu de la discipline et des nerfs d'acier. Toutes les deux travaillaient de la même façon sans se marcher sur les pieds, elles étaient habituées d'être souvent ensemble. Le 24 au soir, tout était prêt pour fêter, dans cette conviviale maison, le Réveillon de Noël car c'était la tradition. Le gros sapin était resté dans sa boîte, mais, un petit sapin enguirlandé et illuminé, dans lequel brillaient quelques ornements, était déposé sur la petite table en coin. Tous les cadeaux avaient été emballés, la veille, dans des papiers multicolores garnis de beaux rubans brillants et de grosses boucles. Ceux des enfants étaient cachés dans de gros sacs colorés comme, à chaque année, depuis qu'ils étaient nés. Rien n'avait changé pour cet important Réveillon qu'elle aimait tant, surtout, depuis qu'elle était grand-maman. Le feu crépitait dans la cheminée et des bougies allumées, installées un peu partout, rendaient cette pièce encore plus chaleureuse. Cette belle maison, sans personnalité quelques jours plus tôt, venait de trouver son âme. C'était magique!

Cette année là, ils n'y avait pas eu de souper comme les années passées. Vers 20h30, les invités étaient arrivés les bras chargés de cadeaux. Les lumières étaient allumées, l'arbre illumimé, le feu lançait des flammes orangés et les enfants qui regardaient, avaient les yeux étincelant de bonheur. Les plateaux, de petites entrées, circulaient autour de la table du salon. Les petites mains trop menues, pour se servir, leurs parents se chargeaient de choisir ce qu'ils aimaient... sauf au p'tit dernier, encore bébé. C'était maintenent le temps de donner, aux enfants, les gros sacs remplis de cadeaux et de papier de soie. C'était drôle de les voir vider leurs sacs. Ils entraient à l'intérieur pour aller chercher un cadeau, sortaient le montrer à leurs parents, entraient encore jusqu'à ce que les deux sacs soient vides. Nous regardions cette scène en riant, appareil photo en mains, pour immortaliser ces tendres souvenirs. Ils avaient 3 ans 1/2 et 1 an 1/2, et le petit dernier qui avait à peine sept mois tenait, solidement, dans ses bras son ourson reçu en cadeau, mais c'est surtout le feu qu'il admirait. Et c'est comme ça, qu'à toutes les années, se passaient le Réveillon de Noël chez ces gens-là.

Sa soeur, qui la connaissait très bien, savait que depuis quelques années elle collectionnait les oursons en peluche, et c'est pour cette raison, qu'elle lui avait offert un beau jeté décoré d'oursons et un livre-cadeau d'Helen Exley "Le petit livre des Nounours". Chaises, rebord de fenêtre, lits, haut d'une armoire, il y en avait toujours un nouveau à chaque visite qu'elle lui rendait. C'était une ménagerie de peluches... elle disait qu'ils représentaient l'amitié. Elle aimait aussi en offrir mais les choisir était son plaisir. Ses petits-enfants adoraient leur grand-maman "Nounours" et aimaient venir chez elle. Un jour, quand elle avait voulu offrir des nounours à ses deux premiers petits-enfants, leur mère avait répondu : « Ils en ont déjà, c'est pas des nounours mais ça fait pareil ». Elle avait eu, un peu, le coeur brisé et se rappelait qu'enfant, elle n'avait jamais eu de nounours à aimer...

Et c'est ainsi que se termine ce conte véritable qui restera dans ma tête pour l'éternité. Maintenant j'aimerais vous présenter ma ménagerie de peluches. Neuf lapins, un serpent, deux chats et vingt-neuf "Nounours" ayant tous un nom. Mon préféré c'est Normand... et les autres sont presque tous sur le même pied d'égalité. Oscar, Margot, Thombury, Marmie, Colby, Whitley, Timothy, Fanny, Tysa, Cathy, Marcy, Ray, Fleur, Léo, Mandy, Le Gros, Juliette, Angie, Parka, Coco, Mogul, Angel, Délima, Carmelle de Bearvoire, Andrew Huntington, et B.K. et +. Parce qu'il en reste encore trois qui représentent chacun, un de mes 3 extraordinaires petits-enfants. Briva c'est Mève, Kyle c'est Jo et Mitchell c'est Th. Mes petits-enfants ont tant aimé ces peluches et ces visites chez leur grand-maman. J'espère qu'un jour nous serons à nouveau réunis...

L'ours en peluche...
Petite chose douce spécialement
conçue pour jouer un rôle essentiel
dans un monde si peu enclin aux câlins.
Jeanne Wylie Torosian

28 commentaires:

  1. Mou ours, (48 ans d'âge, plus un chien qu'un ours, langue disparue mais toujours sa queue, quelques trous ici ou là!) s'appelle Roudoudou...

    petit poème

    Mon ours

    Il n’a plus de bouton
    A son beau pantalon.

    Il a perdu la ficelle
    Qui lui servait de bretelle.

    On voit dépasser la paille
    Au niveau de sa taille.
    Et on aperçoit la mousse
    Sur sa jolie frimousse.
    Mais moi je l’aime pourtant
    Au moins autant qu’avant.

    Je l’aimerai toujours
    Mon ours.

    François David

    RépondreSupprimer
  2. Epamin',

    Impossible que tu es, toi aussi un Roudoudou... S.V.P. explique-moi!

    Merci pour avoir pris le temps d'écrire ce très touchant petit poème.

    Petites bises de Nounours...

    RépondreSupprimer
  3. Je ferai, un de ces matins, un billet sur "mon" Roudoudou dans mes esperluettes...
    Tu feras ainsi sa connaissance!

    RépondreSupprimer
  4. J'ai été adoptée à presque 3 mois. Le jour où il sont allés me "choisir", mes parents m'ont donné un chien en ratine en arrivant à la maison. Je l'ai toujours. Les couleurs sont passées, les yeux sont tombés depuis longtemps et ma mère les a remplacés par des yeux brodés, on voit la trame du tissu à bien des endroits, mais je le garde. C'est un symbole tellement fort...

    RépondreSupprimer
  5. Mes enfants ont eu des peluches et je les ai encore à la maison, incapable de m'en départir.

    RépondreSupprimer
  6. Epamin'

    J'ai hâte de lire ce billet sur Roudoudou.

    Il y a aussi toute une histoire rattachée à ce Roudoudou.

    On devrait écrire nos billets la même journée. J'aimerais beaucoup.
    Quand dis-tu?

    RépondreSupprimer
  7. Lionne,
    Je ne me souviens pas d'avoir eu une peluche mais je trouve que c'est une chance si on en a eu et qu'en plus on l'a gardée.
    Je disais à Normand aujourd'hui de ne jamais jeter mes peluches. J'aimerais les distribuer moi-même mais ça on ne peut pas toujours le controler.
    J'espère seulement que tous mes petits-enfants, qui adorent les peluches, seront là...dans le temps. Mais ça c'est une autre histoire.

    RépondreSupprimer
  8. Solange,
    Malheureusement, j'ai gaffé dans le temps en jetant la peluche de mon fils. Un chien acheté lors d'un voyage en Floride qui avait le cou cassé et qui était vraiment magané.
    Je pensais à cette époque qu'il était trop vieux pour coucher encore avec sa peluche. Son père riait de lui et moi pas plus fine je croyais que ça pouvait nuire à son développement masculin.
    Si parfois on pouvait revenir en arrière pour ça et sûrement pour d'autres...
    J'arrête parce que je commence à faire de la culpabilité.
    Merci d'écrire et de lire.

    RépondreSupprimer
  9. je passe te dire bonjour car je dois aller voir le docteur pour flo mais je reviens et encore merci

    RépondreSupprimer
  10. Pour mon compte, j'ai très peu joué comme je l'ai déjà expliqué sur mon blog
    ma première poupée, je l'ai eu à sept huit ans mais je me suis rattrapée avec mes deux enfants ils ont eu plein de jouets des peluches à ne pas compter car jour forme au mieux l'enfant
    ils en gardent encore quelques uns
    je culpabilise aussi comme toi d'avoir jeté quelques uns mais bon les bons souvenirs rien le effacent
    je t(embrasse

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour Sue,
    Encore un beau billet, un fragment de ton passé pas si lointain. Moi je ne me rappel pas de ma petite enfance en détail, il ne me reste que des brides, ma tête à fait le ménage.
    Par contre, j'ai déjà pu offrir des peluches à des enfants, des adultes, sourire.
    Quand à moi, je suis malheureusement trop vieille (dans ma tête), quand la vie n'a été qu'hostile, dès tes premiers pas dans le monde, tu deviens très vite mûr dans ta tête, au point même d'avoir l'impression de marcher à contre temps. Je n'ai pas de regret cela dit, mais la petite fille qui aurait pu vivre encore en moi (l'âme d'enfant) est morte depuis très longtemps.

    Je t'embrasse Sue,
    Merci de ce partage

    RépondreSupprimer
  12. Ta petite fille est magnifique, la photo est émouvante.

    RépondreSupprimer
  13. France,

    Merci de ton passage. J'espère que ton fils va mieux.
    J'irai chercher de ses nouvelles sur ton blog

    RépondreSupprimer
  14. Lilia,
    En lisant ton com, je me suis rappelée que je n'aimais pas les poupées...pourquoi? Je n'en sais rien. Peut-être qu'un jour je m'en souviendrai et je l'écrirai.

    Merci d'être passée par ici et de m'avoir laissé un p'tit cadeau.
    Je t'embrasse xox

    RépondreSupprimer
  15. Enfer noir,
    Je crois qu'il est possible de retrouver notre âme et notre coeur d'enfant si on le veut vraiment.

    Je dis parfois que j'ai des trous dans mon fromage du au manque d'amour de ma mère. Mais, il n'y a jamais eu de violence verbale ou physique dans ma vie. Je suis chanceuse et fière d'être devenue la femme que je suis.

    Elle est mignonne "Ma Puce", intelligente, attentionnée, sensible, fière... Toutes ces belles qualités, je souhaite qu'elle les gardera en vieillissant.

    Elle avait 7 ans 1/2 sur cette photo. Je l'avais garder une semaine, du Réveille de Noël chez nous jusqu'au Réveillon du Jour de l'An chez mon fils M.

    J'avais acheté ce nounours pour mettre sur le lit quand un ou 2 de mes 3 p-e restaient à coucher.
    Th. m'avait demandé de lui donner.
    Je lui avais expliqué
    Le 30 déc. il nous restait une journée ensemble et "Ma Puce" ne voulait pas partir, elle pleurait beaucoup et disait: «Un jour, je vais la tuer ma mère»... J'étais si bouleversée de l'entendre, une p'tite puce de 7 ans, paniquée et angoissée. Elle aussi m'avait demandé l'ourson...d'ailleurs toute la semaine elle avait couché avec. Pour tenter de la consoler on a parlé et je lui ai demandé si elle aimerait que je la photographie avec nounours que je venais de lui donner. Elle était si contente et tout de suite elle m'a dit qu'il s'appellerait Roudoudou.
    Je ne l'ai pas vu depuis le 5 oct 2007. Elle a maintenant 12 ans 1/2

    Même si le tribunal m'a accordé des droits d'accès,les parents ne respectent pas le jugement. Si je fais une démarche en outrage, ils empêcheront son frère, 10 ans, de venir tous les premiers vendredi du moi (cette semaine sera mon "vendredi heureux")avec Jo.
    et Th viendra aussi.

    Merci pour le cadeau d'écriture et de lecture.

    Je t'embbrasse xox

    RépondreSupprimer
  16. Bonsoir Sue,
    Je comprends mieux, c'est une sorte de chantage affectif. Quand elle sera un peu plus grande elle viendra d'elle même. Je te souhaite de passer un bon moment avec tes petits enfants.
    Concernant, la possibilité de retrouver son d'âme d'enfant, je pense aussi que c'est possible, que cela demande peut-être du temps. Tu sais mes parents ne sont pas responsables, c'est juste les péripéties de la vie qu'ils ont eux mêmes du supporter. Personne n'a vraiment de mode opératoire, de bible pour naviguer au mieux dans ce monde, on fait tous avec les valises que Dieu nous a donné à la naissance.

    Je t'embrasse,

    RépondreSupprimer
  17. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  18. J'ai effacé le commentaire précédent, il n'avais pas sa place ici. J'en parlerai sur mon blog, en mon temps. Ma mère qui était préocupée, dernièrement, me demandais pardon, pourquoi? Attends que je me rappelle... Je ne me souviens mème pas tant que c'était ridicule.
    Comme Enfer noir le dit, les parents n'ont pas le manuel d'instruction. Ils font avec ce qu'ils ont. Ils font ce qu'ils pensent bien.

    RépondreSupprimer
  19. Nanou a tant de peluches. Présentement, elle couche avec Flavien. D'autres fois c'est avec Sylvestre, Arold ou Ludovic, mais Nanou a toujours un nounours. Elle a aussi des livres de nounours et leur parle. Non, Nanou n'est pas fêlée!
    Bon. J'ai gardé mon petit ours de jeunesse. Il est tout petit, blanc et s'appelle Poupou. Un jour, mon frère a pendu Poupou dans le cadre de ma porte de chambre et je suis allée me plaindre à ma mère en pleurant.

    J'avais aussi un lapin en tissus tout bariolé, fait à la main, cadeau de mon prof de ballet. Je l'aimait tellement. Il s'appelait Grosse Bedeine. Malheureusement je ne l'ai plus mais il existe encore en photos!
    Mais l'ours le plus précieux au monde est tout petit et s'appelle Nounours, il est tout défraîchi mais c'est le plus beau, c'est l'ours de Fafouin. Il me l'a offert en cadeau lorsqu'il avait 12 ans, alors qu'il commençait à le délaisser. Il ne sait pas à quel point son cadeau m'est précieux... Nounours...

    RépondreSupprimer
  20. Enfer Noir,

    « On fait tous avec les valises que Dieu nous a données à la naissance »

    Oui, je suis bien d'accord avec cela.
    Mais si on blesse quelqu'un en commettant une erreur le mal est moins grand que si on le blesse par méchanceté. On a droit à l'erreur, mais pas à la méchanceté.
    Merci du détour et à bientôt...

    RépondreSupprimer
  21. Gelisa,

    Mon manuel devait manquer de pages.
    C'est triste...




























































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































    Gélisa,

    RépondreSupprimer
  22. Nanou c'est pour toi!

    Les ours en peluche sont épatants! S'il m'arrive d'être d'humeur chagrine, il suffit alors que je regarde un nounours pour que quelque chose de magique se produise. Ma mauvaise humeur s'évanouit, mes rides s'estompent, je relève la tête et, ô miracle, je me sens apaisée! Et le même phénomène se reproduit chaque fois que les gens affectionnent un ours en peluche, qu'il soit grand, petit, gros ou chétif, l'air sérieux, stupide, sophistiqué ou primitif, peu importe sa façon d'être!
    Les gens sont simplement heureux!
    «Le petit livre des Nounours»

    Avec tendresse... Sue

    RépondreSupprimer
  23. Bonjour et bonne journée ici avec la pluie

    RépondreSupprimer
  24. Moi aussi j'ai une ménagerie, je veux dire à part celle que je dois nourrir et soigner tous les jours et dont je dois ramasser le poil!

    C'est l'autre nous-mêmes qui nous aime et prends soin de nous quand « plus personne ne nous aime », qui reçoit toujours nos câlins et que l'on regrette de malmener si cela arrive.

    J'ai souris, plusieurs ours, lapins, oie, plusieurs moutons et dernièrement, un hippopotame et un éléphant de la même famille de toutous et tant d'autres! C'est le symbole, la beauté, la douceur que j'aime chez ceux que j'ai adoptés.

    N'est-ce pas, Sue, que ça peut sauver un petit cœur en détresse? Et réjouir ceux des adultes au cœur d'enfant...

    Zed ¦) xoxox

    RépondreSupprimer
  25. Chère Zed,

    Jamais je n'aurais pensé que tu aimais tant les peluches et pour les mêmes raisons.
    Il faut des étoffes douces aux filles qui ont manqué de douceur et d'attention de la part de leur mére, ce qui est mon cas...

    Aujourd'hui, j'ai trouvé, pour Th., chez Bombay le nounours no.11 Mackenzie. Ce sont des oursons de collection. Il y a eu Porter en 2005 et Easton en 2006. J'avais quand même acheté Shelby en 2007que je lui ai remis dans son gros sac, 2 ans plus tard, soit le 31-12-2008. Le magasin avait abandonné la collection en 2008après 10 ans mais l'a repris cette année.
    Quand il est venu le 02-01-2009c'était mon "vendredi heureux" avec Jo., il avait apporté Shelby qu'il a traîné au resto. Dès qu'il arrivait à la maison pendant les 4 premiers mois, Shelby suivait.
    Tu peux le voir dans les photos du début, tu ne vois pas la figure du p'tit mais c'était très touchant. Il m'avait apporté 3 cadeaux. Une pierre marquée LOVE et 2 peluches qu'il avait chez lui. Quand j'ai eu fini de les installer, dans ma chambre, il m'a dit: «Comment tu vas les appeler Grimimi?»
    La couleuvre c'est Pommerose et le
    chat c'est Chatouille.
    Ils sont toujours à leur place et y resteront.
    Merci de ta douce écriture et de la longue lecture...
    Tendrement. Sue xox

    RépondreSupprimer
  26. Bonjour Grimmie,

    J'ai gardé toutes les petites peluches achetées spécialement pour tous les enfants, ils sont dans le coffre de cèdre.

    Le mouton de Sarah, le panda de Simon, et la souris de Julien...

    Puis le Taz que Sim a adoré... Le chien apporté du sud pour cocotte par grand-papa...

    Quand ils les ont comme oublié en vieillissant, je les ai repris... Et mis de côté en me disant que plus tard, je leur redonnerais.

    Moi, je n'en ai pas eu... En tout cas, pas de souvenir...

    C'est peut-être gaga, et peut-être que non, l'avenir me le dira ?!

    Moi, j'ai mon gros nounours vivant dans mon lit depuis 24 ans... ça me suffit.

    Bonne journée xox

    RépondreSupprimer
  27. Dominique,

    Dis-moi pas que tu as pu aprivoiser un ours. Chanceuse, c'est tellement gentil et en plus personne va te faire de troubles.
    Tu es entre bonnes mains...

    RépondreSupprimer
  28. Je viens de m'apercevoir qu'il y a des commentaires complètement en bas de la page...
    Comment faire pour remonter le texte en haut?

    RépondreSupprimer

Ne partez pas... sans laisser une trace de votre passage.
MERCI !

Related Posts with Thumbnails